Publié le 20 Juil 2014

EXCLUSIF. CRIF | Cukierman : « Ce nouvel antisémitisme peut mener jusqu’au départ de tous les Juifs »

CRIF

À l’occasion de la commémoration dimanche à Paris du soixante-douzième anniversaire de la rafle du Vél’ d’Hiv’, le Premier ministre Manuel Valls a livré un discours vibrant contre l’antisémitisme, très attendu, alors que des violences ont eu lieu samedi dans le quartier Barbès en marge d’une manifestation anti-israélienne interdite. Présent aux côtés du chef de l’exécutif, le président du Crif, Roger Cukierman, s’est alarmé des « lourds nuages » qui planent au-dessus de la communauté juive française. Le Monde Juif .info l’a interrogé :

Quelle est votre réaction aux scènes d’Intifada samedi lors de la manifestation anti-israélienne interdite de Barbès ?

L’importation du conflit du Proche-Orient me gêne beaucoup. Je remarque que c’est le seul conflit dont en parle en France. Pour lequel on manifeste. Personne n’éprouve le besoin de manifester contre ce qui se passe en Syrie où 170 000 civils, musulmans, ont été assassinés, hommes, femmes et enfants. Personne ne s’intéresse à ce qui se passe en Irak, en Afghanistan, au Mali ou au Soudan.

Même chose pour le boycott des produits israéliens. Les seuls produits qui soient boycottés dans ce pays, ce sont les produits israéliens. Personne ne boycotte les produits chinois alors que la Chine occupe le Tibet. Personne ne boycotte la Russie qui occupe la Crimée et ainsi de suite… Tout ça traduit clairement que l’antisionisme, c’est de l’antisémitisme. C’est le nouvel habit de l’antisémitisme.

Interdire la manifestation était-ce un mal nécessaire selon vous ?

Ecoutez, moi je ne suis pas compétent en matière d’ordre public mais je constate qu’il y a huit jours, il y a eu une dérive terrible de cette manifestation, puisqu’on a attaqué cinq synagogues, des magasins, rue des Rosiers et rue de Turenne, que je peux comprendre que les autorités aient craint de nouveaux troubles à l’ordre public. Mais c’est au ministère de l’Intérieur de juger de ces problèmes-là.

L’extrême gauche accuse la communauté juive française d’être liberticide. Que peut-on lui répondre ?

Je ne crois vraiment pas autre chose, que la communauté juive soit autre chose que très démocratique. Moi, je suis prêt à dialoguer avec qui on veut, y compris sur le conflit du Proche-Orient. On peut avoir des opinions différentes. C’est parfaitement légitime. Que certains trouvent que le Hamas ait raison d’envoyer des missiles sur la population civile israélienne depuis dix ans, moi je veux bien, on peut en discuter. Mais discutons-en, parlons-en, dialoguons. Mais ne venez pas avec des barres de fer. Moi je n’ai jamais attaqué une mosquée, ou un Juif, qu’on accuse d’être liberticide, n’a jamais agressé un Musulman parce que Musulman, ou une mosquée parce qu’on ne partage pas la même religion.

Jusqu’où selon vous peut mener ce nouvel antisémitisme ?

Ce nouvel antisémitisme peut mener jusqu’au départ de tous les Juifs si la Charia devient leur religion d’État et si on se laisse envahir complétement par des gens qui ne respectent pas les instructions du gouvernement. Quand une manifestation est interdite, elle ne doit pas avoir lieu. Ou c’est le laissez-faire et n’importe quoi peut arriver. Ou bien, on revient aux règles de droit, au respect des règles, de la République et du « vivre ensemble ».

La première chose que j’ai faîte lundi dernier, c’est appeler le recteur de la mosquée de Paris, M. Boubakeur, pour qu’il s’exprime sur ce qui s’est produit. Et il a répondu positivement à cette demande. Donc, je crois qu’on peut vivre ensemble, il faut de la bonne volonté, il ne faut pas laisser les voyous occuper les rues.

Une dernière question. Ces derniers jours, les médias français remettent en cause le déroulé des attaques contre les deux synagogues. Dans quel intérêt ?

Effectivement, il y aurait des rumeurs que la Ligue de défense juive serait responsable de l’attaque de la synagogue de la Roquette. Tout d’abord, la Ligue de défense juive ne fait pas partie des institutions du Crif. Je doute que ce soit eux qui aient été capables d’inciter une manifestation de 7000 personnes à agresser cinq synagogues et envahir les magasins juifs. Il se peut que quelques jeunes juifs se soient battus pour défendre la synagogue, mais en tout cas, il ne faut pas inverser les rôles. Ce n’est pas parce que des Juifs se sont battus devant la rue de la Roquette, que c’est à cause de cela, que les synagogues ont été attaquées. En résumé, si on suit ce raisonnement, c’est la faute des Juifs, si on attaque les Juifs.

Propos recueillis par Yohann Taïeb – © Le Monde Juif .info

© Photo : DR

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer