Publié le 25 Juin 2014

Otages israéliens : la France déconseille la Judée-Samarie… même pour les affaires

FABIUS

Suite à l’enlèvement des trois adolescents israéliens, la France déconseille à ses ressortissants de se rendre en Judée-Samarie jusqu’à nouvel ordre, indique le ministère des Affaires étrangères sur son site internet « Conseils aux voyageurs ».

« Compte tenu de l’accroissement des tensions entre Palestiniens, forces armées israéliennes et colons israéliens constaté au cours des derniers jours et du risque de heurts en découlant, les déplacements dans le secteur d’Hébron ainsi que dans les grandes villes du Nord de la Cisjordanie sont vivement déconseillés jusqu’à nouvel ordre. », avertit le ministère.

La notice d’alerte recommande aux ressortissants français de se renseigner sur la situation sur le terrain avant chaque déplacement présentant un caractère impératif en Judée-Samarie (Cisjordanie). De faire preuve d’une vigilance particulière à proximité des principaux check-points, des « colonies » israéliennes et des camps de « réfugiés » palestiniens. D’éviter tout rassemblement, même pacifique, et de s’abstenir de déplacements de nuit.

En outre, le ministère des Affaires étrangères déconseille à ses ressortissants et à ses entreprises toute activité économique et financière avec des entreprises ou des implantations israéliennes de Judée-Samarie.

« La Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, Gaza et les hauteurs du Golan sont des territoires occupés par Israël depuis 1967. Les colonies sont illégales en vertu du droit international. », explique le ministère.

« En conséquence, il existe des risques liés aux activités économiques et financières dans les colonies israéliennes. Les transactions financières, les investissements, les achats, les approvisionnements ainsi que d’autres activités économiques dans les colonies ou bénéficiant aux colonies, entraînent des risques juridiques et économiques liés au fait que les colonies israéliennes, selon le droit international, sont construites sur des terres occupées et ne sont pas reconnues comme faisant partie du territoire d’Israël. Ceci est susceptible d’entraîner des litiges liés à la terre, à l’eau, aux ressources minérales et autres ressources naturelles, qui pourraient faire l’objet d’un achat ou d’investissement, comme des risques réputationnels. », précise le ministère dans sa notice d’alerte.

« Les citoyens et entreprises qui envisagent des activités économiques ou financières dans les colonies sont appelés à solliciter un avis juridique approprié avant de procéder à ces activités », avertit la diplomatie française.

Près de deux semaines après l’enlèvement des trois adolescents israéliens, aucune organisation n’a revendiqué l’enlèvement et aucun signe de vie des otages n’a été donné depuis leur disparition.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, est attendu jeudi à Paris, où il s’entretiendra avec son homologue français, Laurent Fabius, sur l’enlèvement des adolescents et la situation avec les Palestiniens.

Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info

© Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer