Publié le 14 Juin 2014

Justice : l’imam Chalghoumi dénonce la haine d’EuroPalestine

RSCN1059

Crédit photo : Le Monde Juif .info

Assigné jeudi devant la justice par EuroPalestine, l’iman de Drançy, Hassan Chalghoumi, a rejeté les accusations de diffamation de l’organisation anti-israélienne et a dénoncé la haine qu’elle prône contre Israël et les associations juives françaises.

Plus habitué aux plateaux télés qu’aux tribunaux, l’imam de Drançy a dû s’expliquer devant le tribunal de la 17ème Chambre correctionnelle du tribunal de Paris, concernant une phrase prononcée le 18 février 2013, lors d’un colloque du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA), où était également présent Latifa Ibn Ziaten, la mère d’un des soldats français assassinés par le terroriste Merah.

Selon l’organisation anti-israélienne, M. Chalghoumi aurait sciemment désigné Europalestine comme étant le responsable de l’incendie en 2010 de la voiture du président du BNVCA, M. Samy Ghozlan.

« Je rends un vrai hommage à mon frère Samy (Ndlr : Samy Ghozlan) pour son excellent travail, non seulement en Seine-Saint-Denis mais aussi à l’échelle nationale. Je pars à Marseille, on me parle de Samy. Je pars à Nantes, on me parle de Samy. Et Samy, vraiment c’est un frère. Malgré les difficultés, ces moments où ils ont brûlé aussi sa voiture, ce fameux Europalestine, et d’autres. », avait déclaré en préambule M. Chalghoumi, orateur lors d’une thématique sur la question d’un antisémitisme musulman.

Invité par le juge à s’expliquer après la présidente d’EuroPalestine, Olivia Zemor, qui a transformé le procès en un débat idéologique, M. Chalghoumi s’est avant tout présenté comme un « homme de paix ».

« Je n’importe pas le conflit israélo-palestinien, j’importe l’amitié », a-t-il déclaré à l’audience. L’imam a rappelé également au juge, l’animosité à son égard d’une certaine frange des Musulmans de France, et les dizaines de menaces de morts qu’il a pu recevoir.

M. Chalghoumi a catégoriquement démenti avoir accusé l’organisation anti-israélienne d’être à l’origine de l’incendie de la voiture du président du BNVCA. Selon l’imam, il a seulement énuméré les ennuis de son ami.

Mis en difficulté par le juge sur certaines questions, la procureure de la République a toutefois estimé que M. Chalghoumi semble faire l’objet d’un procès d’intention et a souligné les difficultés de l’imam à s’exprimer clairement en français. Les témoins d’EuroPalestine, qui n’ont pas assisté à la conférence incriminée, n’ont semble-t-il guère convaincu le juge et la procureure.

Pour tenter de convaincre le juge que la violence est du côté des associations juives de France, l’avocate d’Europalestine, Maître Cochin, en charge de l’affaire Brahim Bouarram, a évoqué à trois reprises au cours de l’audience, les actions coup de poing de la Ligue de défense juive, une organisation qu’elle qualifie de « terroriste ».

Interrogé par Le Monde Juif .info sur la présence d’un drapeau de l’organisation terroriste chiite libanaise du Hezbollah, au domicile de Brahim Bouarram, Maitre Cochin a réfuté tout lien entre M. Bouarram et le Hezbollah. Toutefois, l’avocate n’exclut pas que Dieudonné, proche de la femme de M. Bouarram et du Hezbollah, ait pu manipuler sa cliente. Le verdict sera rendu le 18 septembre prochain.

DD

Nathan Sylverstein – © Le Monde Juif .info

© Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer