Publié le 19 Avr 2014

Égypte : crime rituel et sang chrétien pour la fabrication des matsot au goût du jour

EGYPTESANG

En Égypte, une journaliste a remis au gout du jour le crime rituel juif et la fabrication de la matsa avec du sang chrétien.

Le magazine égyptien El Kebar a publié dans son dernier numéro, en date du 14 avril, un article antisémite nauséabond de Firnas Hafzi, une  journaliste réputée experte en hébreux qui écrit aussi sur la mode, la beauté et la santé, une journaliste à la réputation de résolument moderne.

Son article parle de la fête juive de Paque, de l’esclavage et de la sortie d’Egypte du peuple hébreux.  Elle narre « la Haggadah de Pessah » en détail, tel un exposé historique mais en innovant sournoisement dans la classique diffamation du sang de chrétien utilisé pour la fabrication de matsa (pain sans levain mangé pendant les 8 jours de cette fête). Elle insère des faux faits historiques de l’époque médiévale qualifiant les Juifs de vampires prétendant que les Juifs tuent des enfants chrétiens pour boire leur sang et le mélanger avec le pain sans levain.

L’article, avec des illustrations provenant de sources antisémites et même de parutions nazies comme preuve des faits relatés dans son article est toujours en ligne sur le site.

« Dans une autre étape de la célébration de la Pâque, les Juifs combinent la préparation du pain sans levain et l’offrande de sacrifices de non- Juifs, en particulier des chrétiens, et mélangent le sang de l’une de leurs victimes dans la pâte de la matza, ces pratiques se font en particulier à Pâque, mais aussi  à Pourim et lors de la circoncision. Ils utilisent également le sang lors d’actes de sorcellerie … « , écrit-elle.

Puis, elle décrit de manière presque scientifique comment le sang est extrait du corps des victimes, toujours avec de vulgaires photos dessinées  à l’appui. Quelques extraits :

« … Le drainage du sang des victimes se fait de plusieurs façons. Une des méthodes consiste au moyen d’un cylindre garni d’aiguilles. Il s’agit d’un canon de la taille du corps de la victime, avec des aiguilles pointues qui collent dans tous ses membres, afin que son sang coule lentement le long de chaque partie de son corps. Cela implique un supplice atroce, qui procure du plaisir aux Juifs qui deviennent ivres de joie à la vue du sang  qui coule du corps de la victime au fond du baril et dans un récipient placé là pour le recueillir.

Puis le sang est remis à un rabbin qui prépare une matza avec du sang humain pour plaire au dieu des Juifs, l’Eternel, qui a soif de sang. Les Juifs peuvent se réjouir alors de la fête de Paque que s’ils mangent de cette matsa fabriquée avec le sang des non-juifs.

Sur la base de leurs histoires et de ce comportement barbare ancré dans le délire (folie) et leurs rites religieux,  nous pouvons comprendre ce qui motive les dirigeants sionistes à tuer des enfants arabes en Egypte, en Syrie, en Jordanie, au Liban et en Palestine. L’ancien Premier ministre israélien Golda Meir a dit une fois, insolemment, « chaque fois que j’entends la naissance d’un enfant arabe, je ne peux pas dormir la nuit. » continue-t-elle en inventant même de fausses déclarations des dirigeants israéliens.

« Dans le cadre des efforts pour nier ces crimes, les juifs américains ont écrit des histoires sur les vampires dans les années 1970, afin de se dissocier de l’accusation de sucer le sang humain et de tromper la justice. Au cours de cette période, ils ont dépensé des millions sur des films de Dracula, dans le but de tromper l’opinion publique mondiale », ajoute-t-elle.

Cet article mensonger et antisémite, mis en ligne le 14 avril 2014, n’a soulevé aucune contestation, que ce soient celles de la presse égyptienne, des lecteurs ou de hauts responsables du gouvernement.

Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info

© Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer