Publié le 23 Avr 2014

Congrès de l’UOIF : Délire antisémite et antisioniste du frère de Tariq Ramadan

HANIRAMADAN

La démographe Michèle Tribalat a écouté les propos tenus lors du 31ème Congrès de l’Union des Organisations Islamiques en France. Un rassemblement au cours duquel Hani Ramadan, le prédicateur islamiste suisse et frère de Tariq Ramadan, s’est livré à un délire antisémite et antisioniste, sous les applaudissements du public, explique-t-elle au Figarovox mercredi.

Alors que le sujet du congrès était «Quelles valeurs pour une société en mutation? L’homme, la famille et le vivre-ensemble», et que certains sujets de la société française comme la famille ou le mariage pour tous ont été abordés, la démographe raconte que l’antisémitisme a occupé une place de choix avec l’intervention de Hani Ramadan, le frère de Tariq Ramadan.

Pour le directeur du Centre islamique de Genève, tout en France, et dans le monde, est fait pour contrarier les Musulmans. Il déclare qu’en France on a vu un ministre «qui clairement porte la kippa» s’en prendre aux femmes voilées pour condamner ensuite hypocritement des agressions de ces dernières. Qu’il s’agisse de la France, de la situation en Egypte, de la guerre en Syrie, de l’Irak, du Rwanda, de la Centrafrique, tout provient d’une main qui agit dans l’ombre. Et quelle est cette main? La barbarie sioniste, dixit.

Tout le malheur provient des Juifs qui n’ont qu’une idée en tête, concrétiser le rêve du grand Israël, selon Hani Ramadan. «L’islam est agressé de toutes parts». Le danger est aussi en Europe avec les lobbies financiers qui pratiquent l’usure. Ces lobbies ne comptent plus seulement des Juifs, mais aussi les pétromonarchies arabes, qu’Hani Ramadan a apparemment «dans le nez». À quoi s’occupent ces lobbies? À renforcer la crise financière, la misère.

Les médias sont dominés par les sionistes nous dit-il. Mais ce n’est pas mieux chez les politiques. Aux États-Unis, personne ne peut être élu président sans avoir été faire des courbettes auprès de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), nous explique-t-il. Même chose en France où l’on ne peut, d’après lui, être élu dans l’approbation du CRIF qui, en fait, dirigerait dans l’ombre.

Contre ces manigances internationales du pouvoir sioniste, un seul rempart, l’islam. Quelle qu’en soit la tendance, qu’il s’agisse du tabligh, des salafistes ou des frères musulmans. Il n’en réfute aucune et les déclare au contraire complémentaires. Le djihad en Syrie n’a pas été condamné.

Le Monde Juif .info avec LeFigarovox

© Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer