Publié le 2 Fév 2014

Badinter : « C’est la première fois depuis la fin de l’Occupation que l’on entend hurler dans les rues de Paris ‘dehors les Juifs' »

badinter

Dans un long entretien accordé au Parisien publié dimanche, l’ancien garde des Sceaux Robert Badinter s’est dit inquiet des slogans antisémites scandés dimanche dernier lors de la manifestation « Jour de Colère » et déplore l’absence d’ »une grande manifestation de protestation » contre ces débordements.

« C’est la première fois depuis la fin de l’Occupation que l’on entend hurler dans les rues de Paris « dehors les Juifs ». Enfant, j’ai vu sur les murs des maisons écrit à la craie « mort à Blum, mort aux juifs ». Après la guerre, on n’osait plus tenir de tels propos. J’ai vécu adolescent la nuit de l’Occupation. Je sais ce que signifient la haine des juifs et le cri « dehors les juifs ». Ces slogans de dimanche sont mortifères et ils atteignent de plein fouet la République. », dénonce-t-il.

« Face à une telle provocation fasciste, à ces cris infâmes, j’aurais souhaité des réactions plus vives, des appels d’associations de défense des droits de l’homme et des partis républicains pour organiser une grande manifestation de protestation », ajoute-t-il.

Interrogé sur l’ampleur prise par la rumeur sur la théorie du genre, l’ancien ministre de la Justice déclare qu’il n’y a rien de nouveau dans ce phénomène sauf que les techniques modernes de communication et les réseaux sociaux permettent d’atteindre immédiatement un public considérable.

« Plus l’histoire que vous diffusez est incroyable, plus elle a de chance d’être crue. Goebbels, le grand responsable de la propagande nazie, le disait déjà : tant qu’à mentir, mieux vaut que le mensonge soit énorme, c’est plus crédible. », rappelle-t-il.

« Rappelons-nous l’étude d’Edgar Morin sur « la rumeur d’Orléans ». En 1969, circulait à Orléans une rumeur selon laquelle les femmes qui allaient acheter chez certains commerçants juifs disparaissaient et étaient vendues à des bordels d’Amérique du Sud. C’était délirant, mais la rumeur s’était répandue. Dire aujourd’hui que des représentants d’associations d’homosexuels ou lesbiennes vont venir faire des cours dans les écoles pour effacer les distinctions entre fille et garçon, c’est absurde! » a-t-il poursuivi.

Alexandra Veil © Le Monde Juif .info

© Photos : DR

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer