Publié le 3 Fév 2014

Affaire Merah : Pourquoi Israël refuse de coopérer avec la justice française ?

Mohamed Merah devant le Dôme du Rocher à Jérusalem.

Mohamed Merah devant le Dôme du Rocher à Jérusalem.

Les juges antiterroristes enquêtant sur l’affaire Merah n’ont reçu aucune réponse à la demande de coopération adressée il y a plus d’un an à Israël, où le terroriste s’était rendu, a indiqué lundi Maître Olivier Morice, l’avocat de la famille du soldat Mohamed Legouad, assassiné à Montauban.

L’avocat s’étonne de l’absence de coopération de l’État hébreu avec la France alors que les deux pays ont, à de nombreuses reprises, commémorés conjointement les victimes de Mérah.

“C’est assez surprenant dans ce dossier parce qu’on voit bien les relations très étroites entre les deux gouvernements à travers des commémorations”, a-t-il estimé à l’issue d’une rencontre avec les magistrats enquêtant sur les tueries de Toulouse et Montauban.

“Nous espérons que le gouvernement israélien va répondre (…) parce qu’il est indispensable que les magistrats puissent être en possession de toutes les informations qui seraient susceptibles d’être à charge concernant Mohamed Merah mais aussi contre sa famille”, a-t-il poursuivi.

Selon le quotidien italien Il Foglio, Mohamed Merah se serait rendu en Israël en septembre 2010, via un poste de contrôle à la frontière avec la Jordanie, avec la caution de la DGSE, en échange d’informations aux services secrets français. Une information confirmée à l’époque par le journal Haaretz, citant des sources du Shin Bet, les services secrets israéliens.

Le Français est arrêté par la police israélienne, devant la mosquée Al-Aqsa, en possession d’un couteau. Conduit dans un commissariat, il est, d’après son récit aux agents du contre-terrorisme en 2011, “interrogé une demi-heure sur les motifs de son séjour, puis relâché”. Une information confirmée par Israël, après la mort de Merah, dans un communiqué laconique.

Interrogé par Le Monde Juif .info, Albert Chennouf-Meyer, le père d’Abel, parachutiste de Montauban tué par Mohamed Merah, a indiqué que le Pakistan et l’Afghanistan ont également refusé de collaborer avec la justice française. Seuls, les États-Unis ont accueilli positivement la commission rogatoire internationale qui leur a été adressée.

Trois personnes sont actuellement mises en examen dans cette enquête, dont le frère du tueur, Abdelkader, incarcéré depuis fin mars 2012. Son éventuel maintien en détention provisoire sera réexaminé fin février.

Entre le 11 et le 19 mars 2012, à Toulouse et Montauban, Mohamed Merah a assassiné trois militaires, puis trois enfants et un enseignant juifs.

Eric Hazan – © Le Monde Juif .info

© Photos : DR

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer