Publié le 23 Jan 2014

Un tag pro-Dieudonné souille la fresque hommage au groupe Manouchian

DD

VU SUR LE WEB – Un ananas et une inscription antisémite. Deux tags, deux insultes sur la fresque rendant hommage au groupe Manouchian située rue du Surmelin. Un acte condamné par Frédérique Calandra, la maire du 20e.

Avant, on l’aurait à peine remarqué. Un ananas ? Et alors ? Ce fruit délicieux n’était pas connu pour être le signe de ralliement des antisémites.

Mais c’était avant Dieudonné, ses « quenelles » et ses « shoa nanas ».

« Shoa nanas », c’est, avec l’ananas, l’autre inscription souillant la fresque réalisée en 2012 par l’artiste Popof en hommage au groupe Manouchian que des riverains de la rue du Surmelin ont découvert jeudi 16 janvier 2014.

MAIRIE~1

Ces habitants du 20e ont immédiatement alerté la mairie qui depuis a recouvert ces tags.

Peinte sur le pignon de l’immeuble situé à l’angle de la rue et du passage du Surmelin, l’oeuvre monumentale perpétue le souvenir du poète Missak Manouchian et de ses vingt-deux compagnons FTP-MOI.

Réunis sur la tristement célèbre affiche rouge, ils sont morts pour la France le 21 février 1944, fusillés par les nazis.

Dans un communiqué, la maire du 20e, Frédérique Calandra, « condamne avec fermeté ces actes intolérables et indignes de notre pays, de notre ville, de notre arrondissement qui a payé un lourd tribut au fanatisme raciste ».

La section du Parti communiste français (PCF) dans le 20e a quant à elle condamné « vigoureusement » les auteurs de cet « acte ignoble ». Rappelant que les membres du groupe Manouchian « ont fait partie des rares personnes à s’engager dans la résistance et dans la lutte contre l’occupant nazi. Alors qu’en cette heure sombre de l’histoire de notre pays, de nombreux français privilégiaient, directement ou indirectement, la collaboration avec l’occupant ». Dans son communiqué, le PCF 20e met aussi en garde contre la montée des discours xénophobes en Europe, et encourage à « garder vivante la mémoire de ces hommes et femmes qui, au prix de leur vie, se sont battus pour défendre la France, la liberté et la démocratie ».

Aucun autre tag similaire n’a été signalé à la mairie. Quant à l’auteur des faits, il ne les a pas revendiqués.

Source : le75020.fr

© Photos : DR

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer