Publié le 19 Jan 2014

Glatigny : ce village où les juifs étaient interdits jusqu’à maintenant

photo-d-illustration_398230_536x274p

VU SUR LE WEB – La commune de Glatigny (Moselle) a réhabilité dimanche un juif innocent, 344 ans après sa condamnation à mort en 1670 à Metz pour le meurtre d’un garçonnet du village, a-t-on appris auprès du maire.

Raphaël Levy, un marchand de bestiaux juif originaire de Boulay, avait été désigné coupable d’avoir enlevé et tué le petit Didier Lemoine, un enfant du village âgé de 3 ans. Des membres du Consistoire israélite de Moselle, le président du Consistoire central de Paris Joël Mergui, le maire Victor Stallone (sans étiquette) et le préfet de Moselle ont dévoilé une plaque rendant hommage au « martyr juif de Boulay » accusé d’un « crime rituel qu’il n’avait pas commis« . Une cérémonie solennelle a rassemblé plus d’une centaine de personnes, selon les participants. Des descendants de Raphaël Levy étaient également présents. « Aujourd’hui nous repartons à zéro, nous sommes réconciliés, nous reprenons des relations normales avec la communauté juive« , a réagi avec satisfaction auprès de l’AFP le maire joint au téléphone.

« Glatigny était maudite depuis cette époque en raison d’un arrêté moral pris par la communauté israélite« , a-t-il expliqué. Henry Schumann, en charge du patrimoine au sein du Consistoire de Moselle, a qualifié cet hommage de « grand moment de réconciliation républicaine« . Le village avait depuis 1670 été déclaré « gessaert » (maudit) interdisant à tout juif d’y passer la nuit, une interdiction qui était encore respectée de nos jours. « Depuis cette époque il n’y a jamais eu aucun juif à Glatigny », a expliqué à l’AFP M. Schumann. La réhabilitation de Raphaël Levy permet désormais aux juifs de se rendre à nouveau dans le village.

« La réconciliation n’a pas été facile. Aujourd’hui nous avons levé symboliquement cet interdit. Nous avons tourné une page », a réagi M. Schumann soulignant avoir entamé les premières recherches historiques sur cet homme il y a quatre ans. Le nom de Raphaël Levy avait été quasiment oublié de la mémoire du village, a souligné le maire. « En fin de compte ce qui nous a séparés nous a réconciliés », a commenté l’élu.

© Charentelibre.fr

© Photos : DR

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer