Transalion agence immobiliere
Publié le 26 Jan 2014

Archéologie : de splendides mosaïques vieilles de 1 500 ans retrouvées en Israël

700_g7v3jkyc12q8fagjdirmtwtckbmworq5

Des mosaïques appartenant à une ancienne église byzantine vieille de 1500 ans ont été retrouvées en Israël à quelques kilomètres au sud de Tel-Aviv.

Des archéologues ont récemment découvert de complexes mosaïques sur le sol d’une ancienne église byzantine datant de 1500 ans. Les vestiges ont été mis en évidence lors de fouilles à Aluma, un village situé à environ 50 kilomètres au sud de Tel-Aviv en Israël. Le projet archéologique a été amorcé après que des carreaux blancs ont été retrouvés par des ouvriers sur un chantier de construction.

Les premières traces du vestige ont en effet été mises en évidence à travers un trou de trois mètres creusés sur un monticule par une pelleteuse. Après un mois de travaux de terrain acharnés, une grande partie du lieu de culte a été excavé, d’une surface de 22 mètres sur 12. Selon les chercheurs, il s’agirait d’une église locale même si son emplacement sur la route principale reliant d’est en ouest les villes de Jérusalem, Beit Guvrin et Ashkelon, en fait certainement un centre de culte chrétien plus important.

“Habituellement, chaque village byzantin avait une église, mais la taille de cette église et son emplacement sur la route la rendent plus importante”, a commenté pour LiveScience Davida Eisenberg Degen, archéologue participant aux fouilles qui devraient se poursuivre pendant encore une semaine au moins.

Un christogramme sur le sol

Parmi les ruines retrouvées, les archéologues ont porté une attention particulière à une mosaïque contenant un christogramme, à savoir une combinaison de lettres qui forme une abréviation pour le nom de Jésus-Christ. À l’époque, les chrétiens byzantins ne mettaient pas de croix sur leurs sols en mosaïque afin de ne pas marcher sur le symbole et le dénigrer. Le christogramme représentait donc une alternative d’ornement.

Celui de la mosaïque, bien que très similaire à une croix, est en réalité une composition des lettres khi et rhô de l’alphabet grec. Le symbole ressemble à un X et un P superposés. Quatre oiseaux composent également la mosaïque, deux d’entre eux maintiennent une couronne au sommet du khi et du rhô.

D’autres trouvailles

D’autres mosaïques ont été retrouvées parmi les vestiges. Certaines présentent des motifs géométriques de couleurs, d’autres des vrilles de vigne ou encore des animaux comme des zèbres, des paons et des léopards. Des noms de personnes ponctuent également ces représentations. Selon les archéologues, il s’agirait de mécènes ayant financé la construction de la mosaïque et de chefs d’église locaux.

Les fouilles ont aussi mis au jour des traces d’une occupation ultérieure des lieux. Les archéologues ont notamment trouvé des restes de poterie et de vaisselles comme amphores et des bols. Une fois les recherches terminées, ils prévoient de prélever la mosaïque pour l’exposer dans un musée régional. Le site archéologique sera ensuite recouvert pour permettre la poursuite des travaux de constructions.

© Maxime Lambert – Gentside Découverte

Photos : DR

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer