Publié le 19 Jan 2014

Affaire Mérah : le père d’un des soldats tués en colère contre la partie civile “juive”

Crédit photo : Le Monde Juif .info

La famille d’Imad Ibn Ziaten, la première victime de Mérah. Crédit photo : Le Monde Juif .info

Albert Chennouf, le père d’un des deux soldats abattus par Mohamed Mérah le 15 mars 2012, est en colère contre le report par la justice française d’une audience initialement prévue le 31 janvier au 3 février, en raison, selon ses avocats, que la partie civile “juive” ne veut pas se déplacer le vendredi pour cause de shabbat, rapporte le site Panamza.

Dans un mail adressé à une dizaine de journalistes, le père du soldat accuse la justice française d’avoir cédé au communautarisme. “Je pensais naïvement que notre République était laïque… À ma connaissance, il y aura 2 réunions: une pour tous, le vendredi 31/01 et l’autre le lundi 3/02 pour les Juifs. Qui crée le communautarisme? Je vous laisse juge.”, déclare-t-il, joignant au mail une copie des deux convocations.

M. Chennouf déplore le fait qu’aucun des grands médias nationaux qu’il a contactés n’a relayé l’information.

Interrogé par Le Monde Juif .info, M. Chennouf confirme l’information rapportée par Panamza mais n’a pas souhaité la commenter.

En novembre dernier, Albert Chennouf et la famille de Mohamed Legoua, le premier soldat français abattu par Mérah, ont dénoncé conjointement “le deux poids, deux mesures” des autorités françaises, suite au recueillement du chef de l’État français sur les tombes des victimes juives du collège d’Hozar HaThora de Toulouse.

Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer