Publié le 31 Déc 2013

X-Factor Israël : un des génériques de l’émission reprend un compositeur nazi

Carl_Orff_1382008c

Grosse bourde des producteurs israéliens du célèbre télé-crochet X-Factor qui a fait ses grands débuts en Israël fin octobre. Le site Walla a fait remarquer à la production que l’un des génériques de la franchise internationale reprend l’œuvre d’un compositeur allemand qui s’est compromis avec le régime nazi.

Le générique controversé n’est autre que le Carmina Burana, l’œuvre phare de Carl Orff, plus précisément, le chœur initial O Fortuna. Il est joué à deux reprises au cours de l’émission, la première fois lorsque les jurés doivent se prononcer sur les candidats et la seconde fois, lors de l’annonce du vote final.

Décédé en 1982, Carl Orff a été un sympathisant du régime nazi. Trop lâche pour s’opposer ou dénoncer le régime nazi, le compositeur allemand fait profil bas pour ne pas nuire à sa carrière.

Ami du résistant antinazi Kurt Huber, il refuse d’user de son influence pour le sauver des griffes de la Gestapo lorsque la terrible police secrète l’arrête. Il expliquera à la femme de son ami que si son amitié avec ce dernier était révélée, « il serait ruiné ». Huber est exécuté en février 1943 et Orff exprime alors ses regrets et une demande de pardon dans une lettre.

Orff est rémunéré aussi par le régime nazi pour certains de ses travaux, et notamment pour une alternative à l’œuvre censurée du juif Felix Mendelssohn-Bartholdy : Rêve d’une nuit d’été (création en 1939). Il répondait en fait à une demande officielle du pouvoir nazi restée lettre morte auprès de certains compositeurs selon le site Symphozik.

Il participe également à la rédaction des Schulwerk, les cahiers d’exercices de la jeunesse hitlérienne. Entre 1933 et 1937, il entreprend même de les conformer aux exigences des pédagogues nazis.

Après la guerre, Orff, pourtant sur une liste noire des Alliés, réussit, grâce à ses nombreuses relations, a passé entre les gouttes des purges allemandes de dénazification.

Il est peu probable que la production israélienne modifie en circonstance le générique controversé, il est partie intégrante du show. Une situation plutôt absurde en Israël, où la musique du compositeur allemand antisémite Richard Wagner reste un sujet tabou.

Muriel Bensimon – © Le Monde Juif .info

© photos : DR

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer