Publié le 20 Déc 2013

Le Mossad a formé Nelson Mandela en 1962

EHUD BARAK POINTS OUT SOMEONE TO NELSON MANDELA AS MEET IN JERUSALEM.

L’ancien président sud-africain, Nelson Mandela, décédé le 5 décembre dernier à l’âge de 95 ans, a été formé au maniement des armes et au sabotage par des agents du Mossad en 1962, quelques mois avant son arrestation en Afrique du Sud, selon des documents déclassifiés par les archives d’Etat israéliennes, révélés par le journal israélien Haaretz.

Une lettre datée du 11 octobre 1962 et envoyée par le Mossad au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, révèle que Mandela a reçu une formation militaire par les agents du Mossad en Ethiopie au cours de cette période, sans que les agents ne soient au courant de la véritable identité de Mandela, qui agissait sous les pseudonymes de David Mobsari et de ‘Black Pimpernel’.

“Comme vous le savez, il y a trois mois, nous avons discuté du cas d’un stagiaire qui est arrivé à l’ambassade [israélienne] en Ethiopie sous le nom de David Mobsari venu de Rhodésie”, indique le Mossad dans la lettre. “La formation réalisée par les Éthiopiens [le personnel de l’ambassade israélienne, certainement des agents du Mossad] comprenait des cours de judo, les méthodes de sabotage et le maniement des armes”, précisent encore les services secrets israéliens. L’expression “les Ethiopiens” était apparemment un nom de code pour les agents du Mossad travaillant en Ethiopie.

La lettre précise également que l’illustre stagiaire “a montré un intérêt particulier pour les méthodes de la Haganah et autres mouvements clandestins sionistes”. Il est aussi écrit qu’il ” saluait nos hommes en disant “Shalom” et s’intéressait aux problèmes de la communauté juive et d’Israël. Il donnait l’impression d’être un intellectuel.”. “Le personnel a essayé de faire de lui un sioniste”, ajoute le Mossad.

“Il ressort maintenant à partir de photographies publiées dans la presse à propos de l’arrestation en Afrique du Sud du ‘Black Pimpernel’, que le stagiaire de Rhodésie utilisait un pseudonyme”, explique le Mossad.

Une annotation manuscrite sur la lettre se réfère à une autre lettre envoyée environ deux semaines plus tard, le 24 octobre 1962 et indique que “Black Pimpernel” était Nelson Mandela.

Cette lettre a été maintenue secrète pendant des décennies dans les Archives de l’État d’Israël et n’a jamais été révélée au public. Elle a été découverte il y a quelques années par David Fachler, un Israélien de 43 ans qui faisait des recherches sur les relations entre l’Afrique du Sud et Israël, pour sa thèse à l’Institut de l’université hébraïque.

“Si l’Afrique du Sud avait découvert qu’Israël a aidé Mandela, cela aurait mis en danger la communauté juive”, a-t-il déclaré au journal Haaretz.

© Le Monde Juif .info avec Forward.com – adaptation : Katty Scott

photos : DR 

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer