Publié le 5 Déc 2013

Jérusalem : le roi Mohammed VI veut torpiller un accord entre Israël et le Vatican

169-mohammed-vi

Le souverain marocain Mohammed VI, en sa qualité du président du Comité d’Al-Qods, a écrit mercredi au pape François et au Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, pour les mettre en garde contre les conséquences négatives d’un possible accord entre le Vatican et Israël sur les biens de l’église catholique à Jérusalem.

« Cet accord risque de contrarier les efforts déployés afin de favoriser le climat adéquat pour le succès des négociations de paix, relancées depuis juillet 2013 entre Palestiniens et Israéliens, sous l’égide des États unis d’Amérique et qui sont supposées trancher, entre autres questions, le statut définitif d’Al Qods-Est », a mis en garde le roi du Maroc

« La signature de cet avenant est de nature à cautionner les pratiques de colonisation provocatrices perpétrées par Israël et ses violations graves contre la Mosquée Al Aqsa, à Al-Qods et dans le reste des territoires palestiniens occupés », a-t-il ajouté.

Pour le roi Mohammed VI, toute signature d’un accord avec Israël « ne prenant pas en considération les droits légitimes du peuple palestinien, engendrerait (…) une profonde déception chez les peuples du monde islamique ».

Il exhorte le pape François et le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, à « prendre les mesures qu’ils jugent opportunes pour empêcher la conclusion de tout accord conférant une légitimité à l’occupation israélienne d’Al Qods et attisant les sentiments de plus d’un milliard de Musulmans à travers le monde ».

Cette prise de position du roi du Maroc, intervient deux jours après la visite au Vatican du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au cours de laquelle, il s’est entretenu moins de trente minutes avec le pape François. Les deux dirigeants ont évoqué un vieux contentieux sur les biens de l’église catholique dans la vieille ville qui empoisonne les relations entre le Saint-Siège et Jérusalem.

De sources proches du dossier, l’État hébreu et le Vatican seraient proches de la conclusion d’un accord si les parties parviennent à régler le cas du « Cénacle de Jérusalem » revendiqué par le Saint-Siège, un bâtiment de deux étages situé au sommet du Mont Sion, à proximité de l’abbaye de la Dormition. Celui-ci aurait abrité le dernier dîner de Jésus lors des Pâques Juives (la cène) mais est aussi le lieu où se trouve le tombeau du Roi David.

Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer