Publié le 25 Nov 2013

Nucléaire : l’Arabie Saoudite “ne restera pas les bras croisés”

 

Saudi-Official-Nuclear-Policy-Pakistan-Effects

L’ambassadeur de l’Arabie Saoudite au Royaume-Uni, le Prince Mohammed bin Nawaf bin Abdul Aziz, a affirmé lors d’une interview, que son pays “ne restera pas les bras croisés” si les “six médiateurs internationaux ne seront pas en mesure de freiner le programme nucléaire de l’Iran”.

“Toutes les options sont possibles”, a-t-il prévenu. L’ambassadeur a refusé de commenter les rapports apparus dans les médias internationaux à propos d’une fourniture éventuelle d’armes nucléaires par le Pakistan à l’Arabie Saoudite. L’Iran est une menace existentielle pour le royaume saoudien.

Une prolifération nucléaire qui inquiète outre-Atlantique. Pour la première fois dans l’histoire des relations saoudo-américaines, tendues depuis le réchauffement diplomatique américain avec l’Iran, un sénateur américain a appelé le président Barack Obama à prendre position contre l’acquisition par Riyad de bombes atomiques “made in Pakistan”.

“Alors que toutes les attentions se focalisent sur le nucléaire iranien, il y a d’autres pays qui risquent de se doter du nucléaire militaire dans le Golfe persique”, a prévenu le sénateur démocrate du Massachusetts, Edward Marki, dans une lettre ouverte.

Le sénateur appelle le président américain à examiner la nature des coopérations nucléaires entre le Pakistan et l’Arabie saoudite. “Obama se doit d’agir avec fermeté contre Riyad”, a-t-il demandé.

En vertu d’un accord militaire non officiel liant l’Arabie Saoudite au Pakistan, Ryad pourrait à tout moment disposer de plusieurs têtes nucléaires issues de l’arsenal pakistanais, pour avoir contribué de façon significative au financement du programme nucléaire pakistanais.

En 2011, le prince Turki, ancien chef du renseignement saoudien, avait officiellement évoqué la possibilité d’une Arabie Saoudite nucléaire. “Tous nos efforts et ceux du monde ayant échoué à convaincre Israël de renoncer à ses armes de destruction massive, mais aussi l’Iran, il est de notre devoir à l’égard de nos peuples d’envisager toutes les options possibles, y compris l’acquisition de ces armes”, avait-il menacé.

Outre l’Arabie Saoudite, l’ensemble des monarchies pétrolières de la région redoutent un Iran nucléarisé. L’accord signé à Genève a renforcé le scepticisme de ces pays vis-à-vis de leur protecteur américain.

Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter 

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer