Publié le 25 Nov 2013

La Norvège renonce à légiférer sur la circoncision

1z68_BritMilah

Le ministre norvégien des Affaires étrangères Børge Brende a assuré le Centre Simon Wiesenthal, que son pays renoncait à légiférer sur la circoncision, dans une lettre adressée le 22 novembre.

Selon le quotidien norvégien Aftenposten, la loi sur l’interdiction de la circoncision devait être introduite avant le 20 avril. Elle était d’ores et déjà soutenue par 66 députés sur les 169 que compte le parlement norvégien.

« Nous félicitons le gouvernement norvégien pour avoir renoncé à légiférer sur la circoncision et pour avoir réaffirmé son engagement à protéger la liberté religieuse conformément au droit international. », ont déclaré les responsables du Centre Simon Wiesenthal dans un communiqué.

« Nous espérons que cela enverra un message clair au Dr Anne Lindboe, médiatrice des enfants en Norvège et autres figures norvégiennes qui continuent à exprimer publiquement leur opposition à la Brit Milah (la circoncision) », poursuivent-ils.

La Docteure Anne Lindboe milite en Norvège pour une interdiction de la circoncision jusqu’à ce que le garçon ait atteint l’âge de 15 ans, afin qu’il soit capable de prendre sa propre décision. « La circoncision est douloureuse, irréversible et peut dans les pires cas mener à de sérieuses complications », a-t-elle déclaré à la télévision norvégienne.

La réglementation de la circoncision rituelle en Europe a fait les gros titres en juin 2012, lorsqu’un tribunal allemand avait jugé que la circoncision pouvait constituer un préjudice corporel et avait interdit son exécution sur les mineurs. La décision avait suscité un débat national sur l’opposition entre la liberté de religion et la protection des enfants.

La question a également été posée début octobre, lorsque le Conseil de l’Europe a qualifié la pratique de la circoncision comme étant « une violation de l’intégrité physique des enfants » et a appelé [ses états membres] à protéger les enfants. Cette « protection » incluait l’interdiction d’exercer la circoncision sans le consentement de l’individu, indiquait la résolution non contraignante.

Toutefois, le secrétaire général du Conseil parlementaire européen, M. Thorbjørn Jagland, a assuré au président israélien Shimon Peres que son organisation avait bien fait la différence entre la circoncision religieuse et les circoncisions non religieuses.

La Suède, la Finlande, le Danemark, l’Islande et le Groenland sont parmi les pays européens où le débat public sur la circoncision rituelle des garçons est âprement débattu.

En Norvège, la circoncision religieuse ne concerne en moyenne que sept circoncisions par an au total pour la communauté juive locale.

Katty Scott – © Le Monde Juif .info

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer