Publié le 19 Oct 2013

Science : il n’y a pas de « fuite des cerveaux » en Israël

4274112152

Pour le plus influent des journaux financiers d’Israël, Globes, il n’y a pas de « fuite des cerveaux » comme certains médias et agences de presses, israéliens et internationaux, l’affirment. En cause ; le prix Nobel de chimie, remis à deux Israéliens expatriés : Arieh Warshel et Michael Levitt.

Selon les partisans de l’argument de la fuite des cerveaux, Israël et ses institutions académiques n’offrent pas de bonnes perspectives d’avenir pour conserver les meilleurs chercheurs. Or, pour Globes, le fait que les universités israéliennes aient réussi à conserver cinq lauréats du prix Nobel est une preuve de l’inverse d’une fuite des cerveaux.

De plus, Israël attire les cerveaux étrangers ; citant les exemples du Prix Nobel d’Économie du germano-américain Robert Aumann ou du Prix Nobel de chimie du Hongrois Avram Hershko.

Le journal financier précise que, partir travailler à l’étranger pour ces scientifiques fait partie d’un plan de carrière, au grès des opportunités qui se présentent.

Le scientifique en chef du ministère israélien de la Science et de la Technologie (MOST), Ehud Gazit, biochimiste, biophysicien et chercheur en nanotechnologies, a déclaré à Globes qu’il n’y a pas de « fuite des cerveaux » en Israël.

« L’exemple de Arieh Warshel est révélateur : il voulait rester ici, il préfère Israël. S’il avait eu un poste, il serait resté. Une véritable fuite des cerveaux, c’est lorsque des gens ne veulent plus vivre dans leur pays, mais beaucoup de scientifiques israéliens ont réellement envie d’y retourner », a-t-il ajouté.

Arié Azoulay – © Le Monde Juif .info

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer