Publié le 1 Oct 2013

Li Ka-Shing, le « généreux donateur  » du Technion et l’Iran

li-ka-shing

Li Ka-Shing, le Chinois le plus riche du monde et l’investisseur le plus influent d’Asie, s’apprête à travers sa fondation à verser 130 millions de dollars à l’Institut israélien supérieur de Technologie, le Technion.

Un « généreux donateur » aux activités pas si philanthropiques.

Présenté comme un don, ces 130 millions de dollars sont surtout en fait pour ce redoutable homme d’affaires un investissement sur l’avenir, d’autant plus qu’une partie de cette somme provient des profits de la vente de la start-up israélienne Waze, dont il était actionnaire, au géant américain Google pour un milliard de dollars. Il n’investit jamais le moindre dollar sans s’être assuré d’un retour sur investissement conséquent.

Rejoignez-nous sur Facebook

Selon le Technion et la Fondation Li Ka Shing, les fonds seront utilisés pour renforcer le campus de Haïfa et pour mettre en relation le Technion avec son équivalent Chinois qui sera créé avec l’Université de Shantou dans la province du Guangdong dans le sud de la Chine.

Le Technion, l’Institut Technologique le plus grand et important d’Israël, qui jouit déjà d’une renommée internationale, va consolider grâce à ce don-le plus important dans l’histoire de l’enseignement supérieur israélien-sa place parmi les meilleures universités du monde.

Fils d’un modeste instituteur, Li Ka-Shing incarne aujourd’hui à lui seul le « rêve chinois » tant la liste de ses succès est interminable. Mais la façon dont il a réalisé ce rêve reste malgré tout assez obscure.

Misant sur la peur de la menace communiste du leader Mao Tsé-toung, il rachète pour une bouchée de pain les biens de nombreux capitalistes de Hong Kong ayant choisi l’exil. Á la fin des années 1970, il est déjà à la tête d’un empire : la Cheung Kong Holdings, la plus grande société d’investissements de Hong Kong.

En 1979, de façon peu claire, il prend le contrôle de la plus grosse holding de Hong Kong, la Hutchison Whampoa, qui règne en quasi situation de monopole sur le commerce, le transport maritime et la plupart des installations portuaires de la colonie.

Une fois à la tête de la holding, il fera de la Hutchison Whampoa l’une des leaders mondiaux des hautes technologies, notamment grâce au vol de secrets technologiques occidentaux vers la Chine populaire.

Les services de renseignements américains soupçonnent les sociétés de Li Ka-Shing d’espionner et de voler les fleurons de son industrie high tech.

Pire, via les activités dans le secteur maritime de la Hutchison Whampoa, Li Ka-Shing est l’un des principaux actionnaires de la China Ocean Shipping Company (COSCO), le premier armateur chinois et le 6ème mondial, un groupe impliqué selon les renseignements américains dans la vente d’armes au Pakistan, à l’Irak, à la Corée du Nord et… à l’Iran.

Li Ka-Shing et le président de COSCO Wei Jiafu - Crédit photo : COSCO

Li Ka-Shing et le président de COSCO Wei Jiafu – Crédit photo : COSCO

En avril 2012, la COSCO a été officiellement accusée par le Département d’État américain de violer l’embargo pétrolier sur l’Iran.

Le site américain National Corruption Index consacre une fiche aux nombreuses autres irrégularités du magnat chinois. Malgré ces accusations, la respectabilité de Li Ka-Shing n’a guère été entachée, il est l’un des hommes des plus décorés de titres de par le monde.

Samuel Guedj – © Le Monde Juif .info

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer