Publié le 24 Oct 2013

Diplomatie du hastag : sur Twitter, Israël et le Hamas brisent un tabou

lerner

Si officiellement Israël ne communique pas avec le mouvement terroriste palestinien du Hamas, un tabou vient de se briser, mardi 22 octobre, sur le réseau de microblogging Twitter, où un échange entre Peter Lerner, le porte-parole de l’armée israélienne (Tsahal), et le compte du Hamas, @AlqassamBrigades, au nom des Brigades Al Qassam du Hamas, n’est pas passé inaperçu, rapporte le Wall Street Journal.

Rejoignez-nous sur Twitter

Cet échange sans précédent, a eu lieu après une série de tweets publiés par le porte-parole de l’armée israélienne concernant l’élimination par Tsahal d’un terroriste palestinien recherché pour son implication dans un attentat à Tel Aviv le 21 novembre 2012.

838837_135905012645

« #Tsahal continuera à traquer ceux qui tentent de saper et de défier notre façon de vivre. #laterreurnepaiepas », tweetait Peter Lerner. Ce à quoi le compte Twitter du Hamas a répondu que « la brigade Al Qassam poursuivra la voie sainte de la lutte et de la #résistance jusqu’à la libération de toute la #Palestine. #sionistes. » S’en sont suivis plusieurs tweets échangés entre les deux ennemis jurés.

Répondant aux questions du Wall Street Journal, le lieutenant-colonel Lerner explique qu’il s’est senti obligé de répondre au tweet du Hamas, mais qu’il ne considérait pas avoir réellement parlé au Hamas. « Ce sont les merveilles des médias sociaux. Vous pouvez vous connecter facilement, a-t-il néanmoins ajouté par la suite. Ils m’ont tendu la main et j’ai répondu. »

Katty Scott – © Le Monde Juif .info

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer