Transalion agence immobiliere
Publié le 13 Sep 2013

Antisémitisme : un responsable de la Droite populaire ironise sur les prénoms des enfants de Vincent Peillon

h-4-1682255-1252078538

C’est le circuit classique d’une polémique et de la tentative de rétropédalage de son auteur. Le 10 septembre, au lendemain de la diffusion de la charte de la laïcité de Vincent Peillon, Pierre Gentillet se fend d’un tweet acerbe, jugé antisémite par de nombreux membres du réseau social.

Trois jours plus tard, le président des jeunes de la Droite populaire, un courant de l’UMP dirigé entre autres par Thierry Mariani, se livre à un exercice de contrition pour tenter d’éteindre la polémique.

>> Le tweet polémique

Le 10 septembre, et alors que la question de la laïcité est à l’ordre du jour avec le charte de Vincent Peillon, le ministre de l’Education nationale, un jeune militant UMP se fait remarquer sur Twitter en ironisant – le mot est faible – sur les prénoms donnés par le ministre à ses enfants.

UMP

>> Le tweet d’excuse

Face aux réactions qui lui parviennent, aux accusations d’antisémitisme, Pierre Gentillet se livre, ce vendredi 13 septembre, à un exercice d’excuses publiques. Et ce, d’autant plus qu’il assure qu’on “veuille l’attaquer en justice pour ce tweet”.

UMP2

Aussi précise-t-il donc dans ses excuses tweetées n’avoir voulu “viser aucune religion”. “Seulement un procédé”, ajoute-t-il :

UMP3

>> La réaction de Thierry Mariani, co-fondateur de la Droite pop
Contacté par le Lab, le député UMP et ancien ministre Thierry Mariani confirme que Pierre Gentillet est LE responsable du mouvement de jeunes de la Droite Pop’ … mais ne veut pas le désavouer : “Je connais Pierre Gentillet, il n’est absolument pas raciste.”
En “off”, un autre membre de la droite Pop’ finit par concéder : “Je pense qu’il a été déjà été beaucoup mieux inspiré.”
Sebastien Tronche – Source : le Lab Europe 1

 

Recherche

Transalion agence immobiliere