Publié le 21 Août 2013

Un mémorial unique en Israël aux victimes homosexuelles du nazisme

sachsenhausen-prisoners

Pour rendre hommage aux victimes homosexuelles du nazisme, la municipalité de Tel Aviv inaugurera d’ici la fin de l’année un mémorial, au cœur du Parc Méir, ancien lieu historique de drague de la communauté LGBT tel avivienne, non loin du quartier gay de la rue Sheinkin.

Ce mémorial sera constitué d’une sculpture formé d’un triangle de béton, à l’intérieur duquel est gravé un autre triangle, rose, portant le nom de juifs homosexuels persécutés par les nazis – entre autre le pionnier allemand de la sexologie Magnus Hirschfeld, mort en exil en France en 1935, et Gad Beck, un des derniers survivants gay des camps de concentration, décédé l’an dernier.

L’idée de ce mémorial émane d’un conseiller municipal Meretz (gauche laïque), Eran Lev. Pour lui, la localisation du monument, dans un parc, rappelle que « l’un des premiers lieux interdits aux juifs par les nazis était les jardins publics », a-t-il expliqué au journal israélien Haaretz.

Pour ce conseiller municipal, il s’agira d’un monument israélien, et non un monument uniquement pour la communauté gay. Il précise qu’il sera « le premier et l’unique site mémoriel en Israël qui mentionne des victimes des nazis persécutées pour d’autres raisons que leur judaïté ».

De nombreuses grandes villes, telles que Sydney, San Francisco, Cologne, Montevideo, Barcelone, Amsterdam et Berlin disposent de monuments qui rappellent les souffrances des homosexuels déportés sous le IIIe Reich, en Allemagne et dans les pays occupés.

Le Monde Juif .info avec Haaretz

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer