Publié le 24 Août 2013

« Miss Holocauste » suscite toujours la controverse en Israël

1097181_10151803253344634_1807560913_o

Des survivantes de la Shoah, en Israël, ont participé à la seconde édition de « Miss survivante de l’Holocauste ». Dix-huit Israéliennes, âgées entre 70 et 94 ans, se sont présentées à ce concours de beauté qui suscite toujours la controverse dans un pays qui compte 200000 rescapés des camps de la mort.

Rejoignez-nous sur Facebook

C’est Shoshana Kolmer, 94 ans, qui a remporté la couronne et un week-end dans un hôtel de luxe. Rescapé du camp d’extermination d’Auschwitz, marquée à jamais sur son bras du numéro 80277, elle s’est réfugiée en Israël en 1946 et y a fondé une famille.

1209007_10151803252059634_306966608_n

En 2006, sa maison a été détruite par une roquette lancée par le Hezbollah au Liban. Elle vit depuis, avec son fils atteint d’une déficience mentale, dans une maison de retraite de l’association Ezer Yad qui vient en aide aux victimes de la Shoah.

Devant une assistance de plus de 2000 personnes, Shoshana Kolmer a remercié « Dieu Tout-puissant » pour avoir vécu ce jour.

Tour à tour, chacune des 18 candidates ont partagé avec le public leurs terribles expériences de la Shoah, et comment elles ont « réussi  » à puiser la force en elles pour aller de l’avant.

Présenté comme une « célébration de la vie », l’événement suscite toujours autant la controverse. Ses détracteurs estiment qu’il est indécent de juger de la sorte des femmes âgées ayant autant souffert.

Les organisateurs, l’Ambassade Chrétienne Internationale, une organisation évangéliste pro-israélienne, et l’association Ezer Yad, rejettent ces accusations et affirment que ce concours a pour but d’attirer l’attention du public sur les besoins des survivants, dont beaucoup vivent dans la pauvreté et sur l’Histoire de la Shoah à travers leurs récits.

Les candidates, quant à elles, coiffées, maquillées et habillées comme elles n’en ont que très rarement l’occasion, attendent surtout de ce concours que leur auditoire porte sur elles un autre regard que celui de l’empathie et de la compassion. « Quand on nous regarde mieux, ainsi, nous nous sentons mieux » a résumé l’une des candidates.

Déborah Partouche – © Le Monde Juif .info

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer