Publié le 19 Août 2013

Le job étudiant de rêve : défendre Israël sur Internet

110417_05e83_propagande-web-internet_sn635

La diplomatie publique israélienne pourra prochainement compter sur de nouvelles recrues : les étudiants.

Pour contrer la propagande antisémite et anti-israélienne sur Internet, le gouvernement israélien va mettre en place des « unités secrètes 2.0 » en recrutant jusqu’à 550 étudiants chargés d’occuper le terrain virtuel des réseaux sociaux, sans révéler leurs liens de subordination avec l’Etat d’Israël. En échange, ils recevront des bourses pour l’université.

Un budget de 630 000 euros environ est prévu pour aider ces apprentis espions numériques à s’organiser et à répondre aux messages antisémites ou de boycott de l’Etat israélien.

Les unités secrètes seront mises en place dans chaque université et en liaison directe avec l’ensemble des organismes gouvernementaux pour réagir à l’actualité.

Le gouvernement israélien compte également intégrer des étudiants étrangers volontaires qui devront ne jamais révéler travaillés pour Israël.

Lors de l’Opération Pilier de défense en novembre 2012, l’armée israélienne avait accordé une attention toute particulière aux réseaux sociaux, en particulier Twitter, pour justifier ses opérations militaires dans la bande de Gaza, mais de l’avis de nombreux experts, les soldats 2.0 israéliens n’ont pas eu les résultats escomptés. Rien que sur Twitter, le hashtag (pro-palestinien)  #GazaUnderAttack a été twitté plus de 170 000 fois contre seulement 25 000 tweets pour le hashtag (pro-israélien) #IsraelUnderFire.

Par Déborah Partouche – © Le Monde Juif .info

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer