Publié le 15 Juil 2013

Tisha Be av : Yavné, 9 Av 3830, promesse de la reconstruction d’Israël

Par Hervé Rehby 

 

Ce soir, Israël commémore la destruction du Temple de Jérusalem par les Romains.

D.ieu ne frappe Israël qu’après avoir d’abord créé pour eux le remède (TB Meguilla 13b). La pensée juive a développé le concept de « remède » précédant la maladie, la délivrance est en route souvent même avant que l’épreuve ne soit parvenue à son paroxysme. 

the destruction of the temple

Ainsi, pendant que le Temple de Jérusalem brûle en ce 9 av 3830 (70 après JC), dans un petit village de Judée appelé Yavné, quelques petits Juifs étudient la Thora depuis quelques mois déjà, avec l’aval des autorités romaines.

Rejoignez-nous sur Facebook

Mais revoyons plutôt l’historique de l’affaire.

En Juillet 69 après J.C, la Judée est occupée par les légions romaines commandées par le général Vespasien. Le siège est mis devant Jérusalem. La résistance intérieure s’est organisée autour de plusieurs groupes aux intérêts différents. Les Sicaires et les Zélotes prônent une résistance totale jusqu’au sacrifice suprême. Les Saducéens, les prêtres en majorité, et les notables, plaident pour une solution négociée, quand ce n’est pour une reddition pure et simple. Les Pharisiens hésitent sur la conduite à tenir. Résister et risquer un massacre, ou se rendre et risquer la disparition de tout un symbole de l’identité juive et à terme, la dispersion de tout le peuple juif ? Profond dilemme ! Quadrature du cercle !

Quant au peuple, aux humbles, aux laisser pour compte, ils semblent s’en remettre à la protection divine, privilégiant les pleurs et les prières à l’action, politique ou militaire. Avaient-ils alors, n’ont-ils eu, jamais, un autre choix ?

Comment sortir de cette apparente impasse ? 

Le traité Guittin du Talmud de Babylone (56b) raconte que la réponse vint de Rabbi Yohanan ben Zakkai. Il demanda à son neveu Aba Sikra, chef des Sicaires comme son nom l’indique, de le faire transporter dans un cercueil hors des murs de Jérusalem assiégée. Les défenseurs de la muraille et les gardiens postés aux différents postes, empêchaient toute sortie, assimilable tout naturellement à une désertion ou à une trahison. Ils voulurent percer le cercueil où R.Yohanan ben Zakkai avait pris place. Abbas Sikra leur dit : « voulez-vous que les Romains pensent que nous avons mutilé notre Maître ? » Hésitants, ils laissèrent sortit le convoi funèbre.

Que cherchait donc Rabbi Yohanan ben Zakkai en se désolidarisant de ses frères enfermés dans Jérusalem ? Le Talmud laisse entendre qu’il cherchait une façon de mettre en route une nouvelle voie avant que la catastrophe, désormais inéluctable de la destruction du Temple, ne fut définitivement consommée ! Évidemment, le fameux maître passa d’abord pour un collaborateur, un traitre au service de l’ennemi, un liquidateur du Temple. Mais, dans la tourmente de ce conflit quasi fratricide, Rabbi Y.ben Zakkai, seul, visait le long, le très long terme.

Rejoignez-nous sur Facebook

On trouve une autre version dans Avot de Rabbi Nathan. Vespasien y apparaît réticent à l’idée de détruire Jérusalem : « pauvres fous ! Pourquoi cherchez-vous à me faire détruire et brûler Jérusalem et son Temple ? » Dit il aux Juifs de la ville assiégée. Dans cette version, R. Yohanan Ben Zakkai y tient le même discours déroutant, prônant somme toute, la reddition pour la survie physique des habitants et pour celles de la Thora et du judaïsme. Constatant que personne ne l’écoutait, il partit donc de Jérusalem, dans un cercueil !

Puis, il se fit conduire jusqu’à Vespasien pour lui annoncer sa désignation imminente au trône impérial. Vespasien n’en crut pas un mot. Pourtant, la nouvelle leur parvint quelques jours plus tard : le sénat avait choisi.. Vespassien pour succéder à Vittellius assassiné. Avant de partir pour Rome, Vespassien demanda à R.Yohanan de formuler un souhait. Le maître répondit « donne-moi le village de Yavné avec tous ses sages ». Pour les commentateurs « tous ses sages » veulent dire toutes les tendances du savoir, rabbinique et philosophique, religieux et profane. La pluralité du judaïsme devenait ainsi la seule garantie de pérennité du message juif à l’adresse du Monde. Le loulav et l’etrog ont besoin des branches de myrte et surtout de saule pour signifier la diversité de peuple juif.

Le Talmud pose alors la question centrale restée en suspens : pourquoi R.Yohanan n’a-t-il pas demandé à Vespasien de renoncer à détruire Jérusalem ? Pourquoi ne pas lui avoir demandé Jérusalem et tous ses sages, son Temple et ses prêtres ? Le texte répond tristement « R. Yohanan pensait, peut être, qu’il n’obtiendrait pas une si grande faveur ! » Peut être ? Mais, n’était-il pas tout simplement trop tard ?

« Toute construction est reconstruction »

En choisissant Yavné qui signifie « il construira » ou encore « D.ieu construira » comme épicentre décalé du futur peuple juif, R.Yohanan décidait de reconstruire Jérusalem à partir d’un lieu symbolique où le temps futur et le sens du verbe d’action « construire » se mêlaient pour définir à merveille l’intention des vaincus provisoires. Cette intention est traverser l’Histoire et finir par triompher de Rome par la puissance de l’étude de la Thora et par la capacité « transmissionnelle » de la culture juive dans toute sa diversité, de génération en génération.

Le seul but de R.Yohanan ben Zakkai était de sauver l’essentiel en substituant les prières aux sacrifices, le rêve à la réalité, la nostalgie du retour à la douleur de la perte et l’interprétation infinie de la tradition sacralisée (Taqanot de Yavné).

Sans Yavné et son école embryonnaire, il n’y aurait eu probablement personne pour commémorer aujourd’hui encore, le souvenir de la destruction du Temple de Jérusalem, ni personne non plus, pour reconstruire un Etat national indépendant pour les Juifs.

Les doigts qui écrivent ce texte et les yeux qui lisent ces lignes appartiennent à ceux qui attestent par leur vie, que Rabi Yohanan ben Zakkai fit un choix douloureux mais finalement juste et prodigieusement visionnaire.

Texte d’étude d’Herve Rehby « En quête de l’âme des textes » pour Le Monde Juif .info

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer