Publié le 8 Juil 2013

La négation de l’Holocauste, le plus grand succès de son mandat selon Ahmadinejad

Par Faouzi Ahmed

 

Au cours d’une cérémonie organisée dimanche à Téhéran en son honneur, le président iranien sortant, Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré que nier l’Holocauste a été l’une de ses plus grandes réalisations de son mandat selon l’Agence de presse Fars.

gouasmi-iran

« C’était un sujet tabou en Occident(…) » a déclaré Ahmadinejad dans un discours prononcé à l’occasion du bilan de ses deux mandats. Il a eu suffisamment de courage pour soulever la question, a-t-il poursuivi.

Rejoignez-nous sur Facebook

Elu pour la première fois en 2005, Ahmadinejad, à plusieurs reprises, a menacé de détruire Israël et appelé l’Holocauste un « conte de fées« . Ses provocations verbales ont conduit à une vague de condamnation dans le monde.

Six millions de Juifs ont été assassinés dans toute l’Europe pendant la Seconde guerre mondiale sous le dictateur allemand Adolf Hitler. Le négationnisme est aujourd’hui illégal en Allemagne et dans d’autres pays.

Le président iranien nouvellement élu, Hassan Rohani, avait au cours de la campagne présidentielle qualifié de « rhétorique de la haine » les propos négationnistes d’Ahmadinejad.

Ahmadinejad a également déclaré lors de cette cérémonie : « le nom d’Ahmadinejad est maintenant populaire partout dans le monde ». Ce n’était pas seulement un succès pour la politique étrangère iranienne, dit-il, mais que cela a permis également d’améliorer l’image de l’Iran« .

« J’ai eu deux missions : renforcer l’Iran et améliorer son image dans le monde » dit-il, ajoutant que les deux objectifs étaient « inséparables« .

Au cours des huit années de mandats d’Ahmadinejad, l’Iran a été isolé non seulement de l’Occident mais aussi de la plupart des pays arabes voisins. Les sanctions financières prises par les grandes puissances pour contraindre l’Iran à mettre un terme à son programme militaire nucléaire ont plongé depuis plus d’un an la République Islamique dans l’une des plus pires crises économiques de son histoire.

Les six candidats à l’élection présidentielle iranienne de cette année et surtout le candidat Rohani, ont dit pendant la campagne, que la politique menée par Ahmadinejad a été la cause directe de la crise.

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer