Publié le 28 Juil 2013

Après l’interdiction de l’abattage rituel, les drones israéliens dans la ligne de mire de la Pologne

Par Samuel Guedj

 

Nouvelles tensions en perspectives entre la Pologne et Israël, le vice-ministre polonais de la Défense, le général Waldemar Skrzypczak, est soupçonné par les services secrets polonais d’avoir favorisé illicitement un contrat d’achat de drones israéliens de la société israélienne Rafael Advanced Defense Systems.

drone_2065398b

Les services secrets polonais lui reprochent en particulier ses liens étroits, qu’il ne nie pas, avec les chefs des industries militaires d’Israël. Toutefois, il affirme pour sa défense, qu’il n’est a à aucun moment intervenu personnellement en faveur des industries militaires israéliennes.

Rejoignez-nous sur Facebook

Peu convaincus, les services secrets polonais ont demandé au Procureur militaire d’ouvrir une enquête contre Skrzypczak et de lui retirer ses habilitations sécuritaires, ainsi que l’accès aux documents Top-secret de l’armée polonaise. Sans ces prérogatives, le vice-ministre polonais de la Défense ne peut en aucun cas être impliqué dans le processus des acquisitions de l’armée.

633864596892589716-large

Le général Skrzypczak est hautement considéré dans l’armée polonaise. Cet ancien commandant de l’armée de terre polonaise, n’avait pas hésité à démissionner de ses fonctions en 2009, après la mort d’un officier polonais en Afghanistan, à la suite de quoi il avait été à l’origine d’une vive polémique à propos des équipements et des conditions de service des quelques 2 000 militaires envoyés par la Pologne dans ce pays pour la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf).

“Certains fonctionnaires du ministère de la Défense n’ont connu la guerre qu’au cinéma, et refusent à l’armée l’achat de matériel approprié qui aurait pu sauver la vie de l’officier” avait-il déclaré publiquement à l’époque.

C’est à la suite de cette polémique que le ministère de la Défense avait alors fini par annoncer des financements supplémentaires pour l’achat d’armes, laissant entendre que la Pologne pourrait acquérir des drones, avions de reconnaissance sans pilote, à la société israélienne Rafael.

Le ministre de la Défense avait précisé que la Pologne ne disposait que de “mini-drones” de très courte portée et souhaitait acheter “toute une famille de drones, aussi bien de courtes que de moyenne portées“.

Cette affaire présumée d’entente illicite survient moins de deux semaines à peine après qu’Israël s’était dit très contrarié et déçu par la décision du Parlement polonais interdisant l’abattage rituel.

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer