Publié le 10 Juin 2013

UE / Hezbollah : le « J’accuse » d’Avigdor Lieberman

Par Arié Azoulay

 

Le président de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense à la Knesset, Avigdor Lieberman, a envoyé, aujourd’hui, une lettre à Catherine Ashton, la commissaire de l’Union européenne des relations étrangères, dans laquelle, il exige d’inclure le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes de l’UE. 

Avigdor Lieberman

La lettre de Lieberman a été envoyée peu de temps après qu’il ait annoncé lors d’une réunion à la Knesset que l’exclusion du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes ferait que l’UE deviendrait «non pertinente» pour Israël.

Rejoignez-nous sur Facebook

Lieberman a écrit dans sa lettre à Mme Ashton. « Inclure le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes, prendre une telle décision ne serait pas seulement d’envoyer un message fort de tolérance zéro à l’égard des activités de l’organisation, mais aussi de l’empêcher d’être en mesure de lever des fonds et de s’assurer des appuis à travers l’Europe. L’exclusion du Hezbollah de la liste des organisations terroristes alors qu’elle opère des actes terroristes et prêche l’assassinat et la haine, c’est l’hypocrisie qui crie vers le ciel. Mais qu’est ce qui est donc nécessaire pour entrer dans la liste, au-delà des faits connus », écrit Lieberman.

Lieberman explique dans la lettre que certaines attaques terroristes du Hezbollah – y compris l’attaque à Burgas, l’été dernier, en Bulgarie et la tentative d’attaquer des cibles israéliennes à Chypre au cours de laquelle ont été arrêtés et condamnés des membres du Hezbollah. La lettre de Lieberman mentionne également la détermination du TSL (Tribunal Spécial du Liban), que le Hezbollah était derrière l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafik Hariri et également qu’en Janvier 2011, il avait présenté un projet d’accusation pour l’assassinat d’Hariri à la Cour internationale de La Haye et émis des mandats d’arrêt contre quatre membres du Hezbollah.

«Chaque année, la menace du Hezbollah qui pèse sur les pays européens est en augmentation » écrit Lieberman, ajoutant : «Depuis l’exposition de la cellule terroriste et l’arrestation de ses membres en 1989 à Valence, la force du Hezbollah et de son statut en Europe a augmenté. L’Allemagne est actuellement utilisée comme l’un des centres de dons au Hezbollah. Les autorités du pays ont signalé 900 actifs uniquement en Allemagne ; vente de drogue pour financer les activités de l’organisation et en mai 2008, la police allemande a pris 13 millions de dollars au Hezbollah recueilli par le marché de la cocaïne à travers l’Europe. De même, l’organisation utilise des organismes de bienfaisance pour mener à bien ses actions meurtrières ».

Rejoignez-nous sur Facebook

« Au Moyen-Orient, le Hezbollah continue de jouer un jeu dangereux. Il prête assistance au président Assad en Syrie qui massacre son peuple, et a apporté une aide au régime iranien à réprimer les manifestations dans les années 2009-10, sans compter ses activités dans le Sinaï et le Yémen. L’assassinat d’Hariri et d’autres implications dans les régimes du Moyen-Orient ont conduit le Bahreïn à classer le Hezbollah comme une organisation terroriste».

« En Israël, nous sommes conscients des intentions meurtrières du Hezbollah » écrit Lieberman. «Les citoyens israéliens vivant dans le nord ont souffert de nombreuses années d’attaques terroristes de l’organisation, qui ont conduit à des dizaines de morts. Le Pentagone estime que l’arsenal du Hezbollah a quelques 30.000 roquettes et mortiers qui menacent aussi les centres de population en Israël ».

Lieberman attaque dans les termes les plus forts la proposition de certains pays d’Europe, de séparer l’aile militaire du bras politique du Hezbollah. « Cette proposition est pathétique et n’a aucun fondement dans la réalité. Les décisions relatives à l’exécution d’actes terroristes et les décisions politiques, retenues au parlement libanais proviennent de la même source : Hassan Nasrallah ».

Lieberman conclut sa lettre en disant que la décision de ne pas inclure le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes « soulève de nombreuses questions, dont la plus importante est la façon dont l’UE est prête à lutter contre le terrorisme et la façon dont Israël peut compter sur l’UE qui promet de garantir sa sécurité »

«À la lumière de ce qui précède, je crois qu’il y a beaucoup de raisons et des plus fortes que l’UE inclura le Hezbollah dans la liste des organisations terroristes et il n’y a aucune explication satisfaisante pour ne pas le faire», écrit Lieberman. «Il est du devoir de chaque État qui veut vraiment lutter contre le terrorisme qui met en danger l’Europe et le monde de le faire ».

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer