Publié le 2 Juin 2013

Quand Tarzan était sioniste sous la plume d’Amos Oz, Amos Keinan, et Yeshayahu Levit

Par Katty Scott

 

Le 2 juin 1904, une légende naissait : Johnny Weissmuller, futur champion olympique de natation, mais aussi et surtout, celui qui donnera ses lettres de noblesse à Tarzan, le Roi de la jungle.

Tarzan

TARZAN1Beaucoup de Juifs en Palestine mandataire et en diaspora, ont longtemps cru, à tort, que Weissmuller était Juif. Cette popularité de Tarzan en Terre Sainte fût l’occasion pour certains jeunes auteurs israéliens de laisser libre cours à leur imagination et d’offrir d’inattendues aventures au Roi de la jungle comme cet improbable « Tarzan en Terre Sainte ».

Dans ce numéro collector, Tarzan contribue à passer clandestinement des réfugiés juifs hors d’Europe et a passé le blocus naval britannique de Palestine. À un moment donné, dans l’histoire, Tarzan est capturé par les Britanniques et emprisonné, réussissant, bien entendu, par la suite, à s’en échapper.

Rejoignez-nous sur Facebook

Ces jeunes auteurs sont devenus plus tard des géants du monde littéraire israélien. Des gens comme Amos Oz, Amos Keinan, et Yeshayahu Levit, écrivaient ces histoires de Tarzan sous des pseudonymes, glorifiant un personnage profondément enraciné dans la nature dynamique, sans peur, à l’image de cette jeune et surtout nouvelle société israélienne.

TARZAN5

TARZAN4Eli Eshed, le plus grand expert de Tarzan en Israël, note qu’Amos Oz, dans ses récits autobiographiques, se dépeint lui-même comme un grand fan de Tarzan. Oz a écrit que ses parents « étaient très fiers que Johnny Weissmuller, le véritable Tarzan, soit juif… Tarzan pour nous était un Juif, car il se battait toujours « seul contre un grand nombre » et « parce qu’il était intelligent et rusé et ses ennemis étaient stupides ».

Dans d’autres aventures, toutes autant improbables, Tarzan participe aussi à la traque des criminels de guerre nazis comme Martin Bormann et Rudolf Hess.

La réalité n’est jamais loin de la fiction concernant l’histoire de Tarzan.  Bernard P. Fineman, un influent producteur juif américain d’Hollywood de l’époque, qui produisit 5 des 12 épisodes de Tarzan au cinéma, fût un sioniste engagé qui œuvra concrètement, financièrement et politiquement à changer le cours de l’Histoire pour des dizaines de milliers de réfugiés juifs de la Shoah.

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer