Publié le 24 Juin 2013

Le grand vainqueur Palestinien d’ « Arab Idol » raye Israël de la carte

Par Faouzi Ahmed

 

Vainqueur du fameux concours de télé-crochet arabe, Arab Idol, organisé par la chaîne de télévision panarabe MBC à Beyrouth, Mohammad Assaf, libyen de naissance, palestinien de cœur, est devenu du jour au lendemain l’idole et la fierté de tout le peuple palestinien.

arab_idol_winner_2013_l

Encore illustre inconnu il y a quelques semaines, la victoire donne un tout autre regard sur l’état d’esprit et la pensée qui animent ce jeune chanteur de Gaza.

Rejoignez-nous sur Facebook

Lors de la finale d’Arab Idol vendredi soir, à Beyrouth, il a choisi d’interpréter une célèbre chanson nationaliste « Ally el-Kofiya » (« Brandis le keffieh », NDLR : le foulard traditionnel immortalisé par Yasser Arafat).

Beaucoup plus inquiétant, le vendredi 19 avril dernier, il avait choisi de chanter « Ya Teir al-Tayir« , « Oh Flying Bird« , une chanson traditionnelle palestinienne qui parle d’un oiseau qui vole de village en village en apportant ses bons vœux et amour aux habitants « réfugiés » de Palestine. Sauf que, dans cette chanson, presque toutes les villes citées sont israéliennes au regard du droit international : Jaffa, Tibériade, Acre, Haïfa, Beit Shean, Safed, Ramla, la Galilée, le Negev.

“Oh flying bird, circling around

[oh, toi l’oiseau qui vole et tournoie]

by Allah, oh traveling bird, I burn with envy

[par Allah, toi l’oiseau qui voyage, je brûle d’envie]

My country Palestine is beautiful.

[Mon pays de Palestine est beau]

Turn to Safed, and then to Tiberias,

[Tourne-toi vers Safed et puis vers Tibériade]

and send regards to the sea of Acre and Haifa.

[Et salue la mer d’Acre et Haïfa]

Don’t forget Nazareth – the Arab fortress,

[N’oublie pas Nazareth – la forteresse arabe]

and tell Beit Shean about its people’s return.

[Et dis à Beit Shean que son peuple va revenir]

 

Oh flying bird, circling around…

by Allah, oh traveling bird, I burn with envy.

My country Palestine is beautiful… 

Go to Jenin and bring me from its valley

[Va à Jenine et ramène-moi depuis sa vallée]

Greeting to Nablus, Tulkarem and their soil.

[Saluant Naplouse, Tulkarem et la terre]

Drink the water of Jaffa’s port,

[Bois l’eau au port de Jaffa]

Do not forget Ramle and Ramallah.

[N’oublie pas Ramla et Ramallah] 

Oh flying bird, circling around

by Allah, oh traveling bird, I burn with envy.

My country Palestine is beautiful.”

Evoquer le retour de ces « réfugiés » en Israël, équivaut, rien de plus, rien de moins, qu’à rayer l’Etat Juif de la carte. Un fait incontestable, même le polémiste israélien, pro-palestinien, Shlomo Sand, refuse catégoriquement le droit au « retour » aux Palestiniens.

Lors de la finale du concours, le chanteur palestinien a dédié sa victoire à tous les « Martyrs » de la cause palestinienne. Abu Mazen (Mahmoud Abbas) a déclaré qu’il donnera un passeport diplomatique à Mohammad Assaf, considéré comme un « ambassadeur de bonne volonté ». La musique adoucit-elle les mœurs ? Pour certains, pas si sûr !

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer