Publié le 19 Juin 2013

Jean-Marie Le Pen définitivement condamné pour ses propos sur l’Occupation

Par Serge Dahan

 

« En France du moins, l’Occupation allemande n’a pas été particulièrement inhumaine », avait déclaré en 2005 le président d’honneur du FN dans un journal d’extrême droite.

e37b0524c5cda757fbabc7b8acfe5fd1849867ae

De source judiciaire, la Cour de cassation a définitivement rejeté le pourvoi du président d’honneur du FN, confirmant sa condamnation pour ses propos sur l’Occupation qui n’aurait pas été selon lui « particulièrement inhumaine ». Cette décision de la chambre criminelle est conforme à l’avis de l’avocat général.

Rejoignez-nous sur Facebook

Jean-Marie Le Pen avait été condamné pour contestation de crime contre l’humanité à trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende par la cour d’appel de Paris le 16 févier 2012 pour ces propos tenus en janvier 2005 dans l’hebdomadaire d’extrême droite Rivarol.

« En France du moins, l’Occupation allemande n’a pas été particulièrement inhumaine, même s’il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550.000 kilomètres carrés », avait déclaré Jean-Marie Le Pen.

Il avait également présenté une version jugée choquante du massacre d’Ascq (Nord), perpétré dans la nuit du 1er au 2 avril 1944, durant lequel 86 Français avaient été fusillés en représailles après le déraillement d’un train allemand.

Le 8 février 2008, le tribunal correctionnel de Paris avait déclaré l’ancien président du Front national coupable d' »apologie de crimes de guerre » et de « contestation de crime contre l’humanité ».

Le 21 janvier 2009, la cour d’appel de Paris avait confirmé la condamnation de Jean-Marie Le Pen pour « contestation de crime contre l’humanité ».

Elle l’avait toutefois relaxé du délit d' »apologie de crime de guerre » sur le dossier d’Ascq et avait jugé certaines parties civiles irrecevables à agir. En revanche, elle avait confirmé intégralement les peines d’amende et de prison.

Jean-Marie Le Pen et les associations déboutées s’étaient pourvus en cassation.

Le 27 avril 2011, la Cour de cassation avait confirmé la relaxe de Jean-Marie Le Pen pour les faits d’apologie de crime de guerre, mais avait annulé le reste. Le dossier avait donc été rejugé, aboutissant à l’arrêt de la cour d’appel qui avait été contesté le 24 mai devant la Cour de cassation.

Les associations déboutées ont également vu leur pourvoi rejeté mercredi par la Cour de cassation.

Les propos de Jean-Marie Le Pen ne sont pas sans rappeler ceux du « résistant » Stéphane Hessel, qui lui, n’a jamais été inquiété par la justice. Dans un entretien accordé au magazine allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, le 21 janvier 2011, Stéphane Hessel affirmait que « Si je peux oser une comparaison audacieuse sur un sujet qui me touche, j’affirme ceci: l’occupation allemande était, si on la compare par exemple avec l’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’œuvres d’art. Tout cela était terrible. Mais il s’agissait d’une politique d’occupation qui voulait agir positivement et de ce fait nous rendait à nous résistants le travail si difficile « .

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer