Publié le 24 Juin 2013

Gaza : le Hamas liquide un chef militaire du Jihad islamique recherché par Israël

Par Arié Azoulay

 

Le Hamas a infligé ce samedi 22 juin une sérieuse perte au mouvement terroriste radical du Jihad islamique palestinien, qui a suspendu ses contacts avec le Hamas, au pouvoir à Gaza, à la suite de la mort dimanche d’un de ses chefs militaires blessé dans un accrochage avec la police, a indiqué un responsable du Jihad.

1005715_469247193169066_1446288962_n

Sous couvert de l’anonymat ce responsable a indiqué que «Le Jihad islamique a suspendu aujourd’hui ses contacts avec le Hamas après que la police du Hamas a ouvert le feu sur un des dirigeants de son aile militaire, les Brigades Al-Qods, Raëd Joundiya, 38 ans, grièvement blessé hier et décédé ce matin de ses blessures».

Rejoignez-nous sur Facebook

Il a imputé à «la police du Hamas la responsabilité de la mort de Joundiya».

Dans un communiqué, les Brigades Al-Qods ont affirmé que «Raëd Joundiya avait succombé aujourd’hui à ses blessures subies hier après avoir été visé directement à la tête par la police du gouvernement de Gaza dans sa maison».

«L’assassinat de Raëd Joundiya représente un grand service offert gratuitement à l’ennemi sioniste, que ce soit délibérément ou non, parce que le martyr, comme chacun sait, était en tête de la liste des assassinats sionistes en tant que responsable de l’unité des roquettes des Brigades», selon le texte.

«La police a tenté d’arrêter le martyr et lui a ensuite tiré dessus en raison de sa participation à la découverte d’un groupe qui a essayé de voler les armes de la Résistance plutôt que de soutenir» cette dernière, ont affirmé les Brigades, apparemment en allusion à des groupes jihadistes salafistes rétifs au respect du cessez-le-feu avec Israël.

La famille a affirmé après l’enterrement que selon le médecin légiste, Joundiya avait été tué par les balles de la police du Hamas.

De son côté, le chef du bureau de presse du gouvernement du Hamas, Ihab al-Ghussein, a dit «espérer que tout le monde attendra les résultats de la commission d’enquête, qui a commencé ses travaux», appelant à «ne pas se fier à des versions inexactes».

Un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri a déclaré dans un communiqué que «les contacts se poursuivaient entre le Hamas et le Jihad islamique, dont la relation est forte».

La police du Hamas avait annoncé dimanche la mort de Joundiya à la suite d’une blessure par balle de pistolet lors d’un heurt avec la police samedi.

Le ministère de l’Intérieur du gouvernement du Hamas a précisé dans un communiqué sur son site internet que Raëd Joundiya était sorti de sa maison et avait crié contre une patrouille de police, dont il avait endommagé la Jeep.

Les policiers ont tiré en l’air, et Joundiya a ouvert le feu sur eux, selon la même source, indiquant que l’accrochage s’était produit dans le quartier de Chejaïya, dans l’est de la ville de Gaza.

Revendiquant «environ 8000 hommes», les Brigades Al-Qods, branche armée du Jihad islamique en Palestine, représentent la deuxième force combattante de Gaza. Loin derrière le Hamas, dont Israël crédite la seule aile militaire de 20 000 membres.

Créé en 1980 et d’inspiration iranienne, le Jihad islamique est la première organisation  islamiste palestinienne à s’être engagée dans le terrorisme anti-israélien.

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer