Publié le 28 Juin 2013

Etats-Unis : un ex-général américain de haut rang soupçonné de fuites sur une cyberattaque contre l’Iran

Par Katty Scott

 

Un général américain de haut rang à la retraite est soupçonné d’être à l’origine de fuites concernant une cyberattaque des Etats-Unis contre l’Iran en 2010, a rapporté jeudi 27 juin la télévision NBC News.

201362802942528734_20

Citant des sources judiciaires anonymes, la chaîne a indiqué que le général de la marine James Cartwright avait été averti de l’ouverture d’une enquête à son encontre pour avoir apparemment divulgué des détails sur une attaque américaine à l’aide du virus informatique Stuxnet contre les installations nucléaires iraniennes.

Le général Cartwright, 63 ans, est l’ancien numéro deux de l’état-major des armées. Ce général quatre étoiles a pris sa retraite de l’armée en août 2011.

Stuxnet, conçu spécialement pour attaquer les opérations d’enrichissement d’uranium iraniennes, a frappé l’Iran en 2010 et a créé d’importants dégâts dans le programme nucléaire controversé de ce pays, selon la presse. Dans ses informations, NBC fait référence à un article du New York Times publié l’an dernier qui mentionnait Cartwright. L’article indiquait aussi que l’Agence nationale de sécurité (NSA) avait développé Stuxnet conjointement avec les Israéliens.

NBC News, citant également des sources judiciaires anonymes, indique que l’enquête du FBI sur la fuite sur Stuxnet s’était d’abord concentrée sur une éventuelle source à la Maison Blanche. Mais l’an dernier, les enquêteurs se sont intéressés plus particulièrement au général Cartwright, selon la chaîne de télévision.

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer