Publié le 27 Mai 2013

La Tchétchénie offre à Abou Ghosh une des plus belles moquées d’Israël

Par Faouzi Ahmed

 

La Tchétchénie finance la construction d’une des mosquées les plus grandes et magnifiques en Israël dans le village d’Abou Ghosh, près de Jérusalem, dans un projet qui renoue les relations des villageois avec leur passé, rompues il y a 500 ans. 

israel-second-largest-mosque-constructed-in-chechen-village

La construction de la mosquée, située près de l’autoroute de Tel-Aviv-Jérusalem, a commencé il y a quatre ans, à l’initiative privée des résidents qui avaient levé des fonds. Mais, les fonds ont manqué et les travaux se se sont arrêtés.

« Grâce à la médiation d’un Tchétchène né Juif, les villageois ont établi des relations avec le gouvernement tchétchène, qui a accepté de verser plus de 2 millions de dollars pour construire la mosquée ainsi qu’un autre million de dollars pour améliorer le chemin d’approche » a déclaré Salim Jaber, le responsable du conseil local d’ Abu Ghosh.

Jaber et d’autres notables du village ont reçu l’accord lors d’une visite en Tchétchénie il ya deux ans.

Aujourd’hui, le bâtiment, d’environ 4.000 mètres carrés de superficie, est loin d’être terminé. Une récente décision prévoit la construction de quatre minarets, comme c’est la coutume dans la région du Caucase. Les liens entre le village majoritairement musulman, situé à environ 10 kilomètres à l’ouest de Jérusalem, et la république islamique sont programmés pour se développer, et comprendront des échanges d’étudiants et de délégations. Récemment, une délégation, dont le ministre tchétchène des Affaires étrangères Ilyas Akhmadov, les membres du parlement et l’épouse du président Ramzan Kadyrov, ont visité Abu Ghosh.

Le gouvernement tchétchène, dirigé par Kadyrov, a recherché des moyens d’améliorer les liens avec Israël. Abu Ghosh est un village arabe israélien, émergé de la guerre d’Indépendance en 1948, en raison principalement de la coopération des habitants avec les forces juives. Aujourd’hui, les Israéliens juifs affluent vers le village le week-end ou à la fête réputée du houmous d’Abu Ghosh et pour d’autres spécialités culinaires, les restaurants y sont fameux.

Traditionnellement, les résidents d’Abu Ghosh trouvent leur origine dans la région du Caucase, les premiers habitants seraient venus d’une région appelée Ingusha, située entre la Tchétchénie et la Géorgie, comme soldats dans l’armée du sultan ottoman Selim I en 1516.

«Nous avons toujours su que nous venions des montagnes du Caucase», a dit le chef du conseil Jaber.  « Nous nous félicitons de ces retrouvailles ».

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer