Publié le 17 Mai 2013

Israël / Palestine : carton rouge pour Le Monde Diplomatique

Par Yohann Taïeb

 

Tout le Monde n’est pas qui veut France Football, la bible du football, l’hebdomadaire français créé en 1946, spécialiste du ballon rond, qui remet entre autre, chaque année au meilleur footballeur continental, un Ballon d’Or.

2261769_carton-rouge_640x280

Le Monde Diplomatique mérite non seulement un Ballon de Plomb mais aussi un carton rouge pour son article en date du 15 mai intitulé « Euro Espoirs de football en Israël, les droits des Palestiniens piétinés » dans lequel, son auteur, Olivier Pironet, appuie ses accusations anti-israéliennes sur des sources inexistantes et douteuses.

Il prétend en premier lieu que le président de l’UEFA, Michel Platini, aurait déclaré « Nous les avons acceptés en Europe et leur avons garantis les conditions d’adhésion, ils doivent respecter le message des lois et réglementations sportives internationales, faute de quoi leur présence en Europe n’aura pas lieu d’être. Je vais peser de tout mon poids pour mettre un terme à la souffrance du joueur palestinien, notamment au football. (…) Israël n’a qu’un seul choix : laisser le sport palestinien se développer où il doit assumer tout seul les conséquences de son attitude », et ce, au sortir d’un entretien avec M. Jibril Rajoub, son homologue de la fédération palestinienne (PFA), le 22 septembre 2010, au siège de l’UEFA, en Suisse.

Seulement voilà, cette déclaration est un grossier faux de la propagande pro-palestinienne. Tout commence en septembre 2010 lorsque le quotidien panarabe Al-Quds Al-Arabi s’est fait écho de cette prétendue déclaration reprise par l’ensemble des médias arabes.

Le hic dans toute cette histoire est que cette déclaration est introuvable dans les archives de l’UEFA et que Michel Platini n’était pas en Suisse ce jour-là mais en Espagne pour la conférence de l’UEFA pour les sélectionneurs des équipes nationales européennes, organisée à Madrid, du 20 au 22 septembre 2010.

Pas un mot non plus dans cet article, du passé terroriste de Jibril Rajoub, ni de sa dernière déclaration génocidaire dans une  interview à la chaîne tv libanaise Al-Mayadeen proche du Hezbollah, où il déclarait que « les Palestiniens auraient utilisé l’arme nucléaire contre « l’occupant » s’ils l’avaient eue ».

Rappelant la concomitance des dates entre l’opération israélienne « Pilier de défense » contre la bande de Gaza (du 14 au 21 novembre 2012) et la rencontre entre Michel Platini et le chef de l’Etat israélien, M. Shimon Peres, dans sa résidence de Jérusalem, le 29 novembre 2012, au lendemain du tirage au sort de la phase finale de l’Euro (qui détermine les poules), l’auteur de l’article avance des pertes humaines palestiniennes de « 180 morts du côté palestinien, en grande majorité des civils, dont une cinquantaine d’enfants ».

Or, au 20 novembre 2012, les autorités de santé de Gaza déclarent que 113 Palestiniens ont été tués depuis le début de l’opération, dont 53 civils, 49 militants et un policier. De son côté, le Centre palestinien pour les droits de l’homme annonce 105 tués palestiniens, dont 70 civils, ainsi que 805 blessés.

L’auteur ne précise nulle part ses sources quant aux « 180 morts du côté palestinien ». Quant au reste de ses sources, elles reposent uniquement sur des articles de l’association pro-palestinienne, proche du Hamas de la CAPJPO – EuroPalestine, et de son petit livre rouge « On ne peut pas s’en foot ! », appelant au boycott de l’Euro 2013 Espoirs organisé en juin en Israël. Dans ce petit livre rouge, on peut lire tout un tas d’accusations anti-israéliennes dignes du tristement célèbre faux du Protocole des Sages de Sion, telle cette scène affreuse de tortures et de l’éviscération d’un jeune palestinien par des soldats israéliens à l’hôpital israélien Hadassah de Jérusalem alors que cet hôpital est connu mondialement pour soigner indistinctement les malades juifs, arabes ou même palestiniens.

Les mensonges du Monde Diplomatique ne s’arrêtent pas là. Le journaliste écrit : « Ironie du sort, la compétition se déroulera, entre autres, dans l’enceinte du stade Bloomfield (ex-Basa), qui fut autrefois celui du club palestinien Shabab Al-Arab de Jaffa, expulsé en janvier 1949 au profit du club israélien de l’Hapoël Tel-Aviv, et dans celle du stade Teddy de Jérusalem, situé tout près du village arabe d’Al-Maliha, vidé de ses habitants en juillet 1948 par les troupes israéliennes et presque entièrement rasé ».

Le club omnisport Shabab Al-Arab de Jaffa, n’a jamais revendiqué la moindre identité palestinienne, puisque l’identité palestinienne s’est forgée postérieurement à la création de l’Etat d’Israël, en particulier à partir de 1967. Ce club de foot était essentiellement connu pour ses joueurs originaires de Turquie et d’Egypte. Il ne fût pas expulsé en janvier 1949 au profit du club israélien de l’Hapoël Tel Aviv mais a disparu pour des raisons sportives reléguées aux oubliettes de l’histoire.

941919_10200425154604317_651089509_nEnfin, la présentation manichéenne du club de foot du Beitar Jérusalem qui a sa part comme tout club au monde d’ « Ultras » et de leurs dérives hooliganistes, passe sous silence la montée en seconde division israélienne de l’autre club de la capitale Jérusalem : l’ Hapoel Katamon Jerusalem, un club qui prône le vivre ensemble entre Juifs et Arabes tant sur le terrain que dans les tribunes. Il existe en Israël des dizaines de clubs avec la même philosophie de jeu qui sont autant de cartons rouges aux supporters racistes et boycotteurs anti-israéliens.

 

Pour tout savoir sur l’EURO 2013 Espoirs en Israël cliquez sur ce lien

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer