Publié le 31 Mai 2013

Compétitivité : Israël 19e au classement mondial de l’IMD

Par Arié Azoulay

 

L’International Institute for Management Development (IMD) de Lausanne a publié jeudi son « World Competitiveness Yearbook 2013» (1), une enquête qui mesure la façon dont les pays gèrent leurs ressources économiques et humaines pour accroître leur prospérité.

Top_banners_WCY

Le Centre de la Compétitivité Mondiale de l’IMD (IMD WCC) publie le « IMD World Competitiveness Yearbook » depuis 1989. Le rapport 2013 évalue la compétitivité de 60 pays sur la base de 333 critères. Deux tiers des critères proviennent de statistiques nationales et internationales (compétitivité « mesurée ») et un tiers résulte de sondages d’opinion (compétitivité « perçue »).

L’IMD classe Israël en 19ème place dans son classement mondial de la compétitivité sur 60 pays. Un classement inchangé par rapport à 2012. L’IMD, classe Israël 24e dans la solidité financière soit 12 places de mieux qu’en 2012.

Signe des temps, aucun pays de la zone euro ne figure dans le top cinq. Dans le haut du classement, Hong Kong reste n°1 dans l’édition 2012, devant les Etats-Unis (premier ex-aequo en 2011) et la Suisse, qui gagne trois places et se hisse sur le podium.

Suivent : Singapour, la Suisse, la Canada, Taïwan, la Norvège, l’Allemagne et la Qatar. Le Royaume-Uni prend la 18ème place tandis que la France, 29ème, occupe le milieu du tableau, loin devant L’Espagne (35ème) et l’Italie (40ème). Pour ce qui concerne l’Asie, le Japon se classe 27ème, c’est-à-dire quatre rangs derrière la Chine.

Israël est l’un des pays ayant la meilleure amélioration de la compétitivité des pays développés et émergents depuis 1997. La Chine, l’Allemagne, Israël, la Corée du Sud, le Mexique, la Pologne, la Suède, la Suisse et Taiwan ont tous augmenté d’au moins cinq places dans le classement entre 1997 et 2013.

L’indice de compétitivité mondiale repose sur les données collectées par les organisations nationales d’entreprises.

Israël est classé 46e dans le nombre de jours nécessaires pour fonder une entreprises, alors qu’en 2012, elle était 54e.

Israël est classé 49e dans le coût de la vie (28e en 2012), tandis que pour la productivité par employé par heure, Israël finit à la 58e place en 2013.

À l’inverse, Israël est classé premier dans la politique monétaire par sa banque centrale (5e en 2012). Israël est également classé premier en cyber-sécurité (19e en 2012). Israël est aussi premier dans les investissements publics dans l’éducation, l’investissement dans les R&D, l’innovation des entreprises, l’entrepreneuriat et l’endurance de l’économie en crise.

Le président de la Chambre de Commerce d’Israël, Uriel Lynn, a mis en garde contre la faible productivité de la main-d’œuvre israélienne et ce qu’il appelle les législations « destructrices » contre le secteur des entreprises. Les réticences à s’ouvrir à la concurrence et le coût de la vie sont les principaux obstacles à la poursuite du développement économique dit-il.

« La compétitivité américaine a un impact profond sur le reste du monde. Elle est unique car elle interagit avec toutes les économies, qu’il s’agisse des pays avancés ou émergents. Aucune autre nation ne peut exercer une telle force d’entraînement sur le monde» note le professeur Stéphane Garelli, qui dirige le Centre de compétitivité mondiale de l’IMD. Selon lui, l’Europe pénalisée par l’austérité et son absence de leadership politique, n’apparaît pas comme un « substitut crédible ». Pas plus que le bloc des pays émergents, représenté par les pays du sud, qui est toujours « en devenir ».

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer