Publié le 26 Avr 2013

Soixante députés de la Knesset mettent en garde sur les risques de l’exportation du gaz israélien

Par Arié Azoulay

 

 

913719_569639376403365_1798088229_oLe lobby socio-environnemental a tenu à la Knesset une réunion d’urgence dans le but de bloquer les exportations de gaz naturel. Une lettre a été envoyée au Premier ministre Benjamin Netanyahu signée par plus de 60 membres de la Knesset (soit la moitié des députés de la Knesset) exigeant que la décision sur l’opportunité d’autoriser l’exportation de gaz ne doit pas être rendue par un comité restreint du gouvernement mais par un débat et un vote à la Knesset.

La lettre, initiée par le député Dov Khenin, déclare : « la décision sur la question de l’exportation du gaz des réserves découvertes au large d’Israël a des conséquences économiques, sociales, et environnementales. Une telle question si importante devrait être discutée et décidée en fin de compte par la Knesset au cours d’un débat public complet et transparent. Nous, soussignés, membres de la Knesset de divers partis, vous demandent de prendre des mesures pour porter la question devant la Knesset dans un format qui permet à un tel débat et décision ».

Les membres de la Knesset participant à la réunion d’urgence sont, entre autres ; Moshe Gafni, Moshe Mizrahi, Reuven Rivlin, Yifat Kariv, Merav Michaeli, Stav Shafir, Dov Khenin, Nitzan Horowitz, Michal Rozin, Eitan Cabel, Micky Rosenthal, Avishay Braverman, Amir Peretz le ministre de l’Environnement, Shelly Yachimovich, la dirigeante travailliste de l’opposition et Tamar Zandberg. Plusieurs membres de diverses organisations environnementales et sociales, comme le Green Parcours, Adam Teva V’Din Israël, l’Union pour la défense environnementale, le Forum Energie d’Israël et des dizaines de militants ont également assisté à cette réunion.

Khenin a ouvert la réunion en disant : « il y a une nette majorité à la Knesset soutenant la demande de mettre la question des exportations de gaz en débat et son vote à la Knesset. Il s’agit d’une question d’une importance capitale. Elle ne peut pas être décidée en huis clos, dans une procédure qui n’est pas ouverte au public. À mon avis, une décision d’autoriser les exportations de gaz serait une erreur à tous les égards. Sur le plan économique, elle provoquerait une hausse du prix du gaz pour l’industrie et pour la production d’électricité en Israël. Socialement, il est clair qu’une hausse des prix va retomber sur les citoyens d’Israël, avec toutes les conséquences sévères qui en découlent. Sans parler des divers risques sanitaires et écologiques. Nous invitons le public à faire entendre sa voix et montrer ici aussi, que l’époque où les coups secrets en faveur de magnats est révolue ».

Amir Peretz a déclaré : « dans le calcul des besoins de l’économie, les besoins en gaz pour l’économie et l’industrie israéliennes avaient été sous-estimés, le ministère de l’environnement avait été exigeant pour conserver une plus grande quantité de gaz dans l’intérêt des citoyens d’Israël ».

Avishay Braverman a déclaré que : « la question serait examinée prochainement par la Commission des affaires économiques de la Knesset, le gaz devrait être exploité pour créer une industrie autour de produits du gaz. Un monopole naturel a été formé en Israël sur le gaz. Allons-nous commettre la même erreur que lorsque nous nous sommes engagés sur les ressources de la mer morte ? Au lieu de développer ses produits dérivés, ses produits chimiques, Israël vend ses ressources. Une industrie doit se créer autour du gaz ».

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer