Publié le 22 Avr 2013

Israël promet de se montrer « patient » avec l’Iran

Par Samuel Guedj

 

Le ministre israélien de la Défense a promis lundi, à l’issue d’un entretien avec son homologue américain, de faire preuve de « patience » avant de décider d’une éventuelle opération militaire contre le programme nucléaire iranien.

811235_58950125760

Israël a martelé sa détermination à empêcher par tous les moyens l’Iran d’acquérir la capacité de fabriquer une bombe atomique, en prévenant les grandes puissances qui négocient jusqu’à présent en vain avec Téhéran que la date butoir approchait. Les menaces de Tel Aviv ont toutefois baissé d’un cran à l’approche de l’élection présidentielle iranienne du mois de juin, qui doit désigner le successeur de Mahmoud Ahmadinejad.

Rejoignez-nous sur Facebook

« Nous pensons que l’option militaire, qui est clairement envisagée, doit être le recours ultime », a déclaré Moshe Yaalon lors d’une conférence de presse commune avec Chuck Hagel. « Il y a d’autres instruments qui doivent être utilisés et épuisés », a ajouté le ministre de la Défense israélien en citant la diplomatie, les sanctions économiques et le « soutien moral » aux opposants iraniens.

Cette déclaration apaisante de Moshe Yaalon fait écho aux propos de Chuck Hagel, qui avait qualifié l’option militaire de « dernier recours » à son arrivée sur le sol israélien, dimanche, tout en disant envoyer « un signal clair à l’Iran » en promettant à Israël et aux alliés arabes des Etats-Unis du matériel militaire sophistiqué.

Outre la livraison d’avions de ravitaillement en vol, de missiles anti-aériens, de radars et d’avions de transport de troupes actuellement à l’étude, Washington envisage d’augmenter après 2017 son aide militaire annuelle à Israël, qui s’élève actuellement à 3 milliards de dollars (2,30 milliards d’euros). « Ces décisions montrent que la coopération militaire entre les Etats-Unis et Israël est plus forte que jamais, et que la coopération en matière de défense n’ira qu’en se renforçant à l’avenir », a déclaré Chuck Hagel lors de la conférence de presse. En 2008, l’administration de George W. Bush avait refusé de fournir à Israël des ravitailleurs en vol et des missiles qui pourraient servir à des frappes contre l’Iran.

Les deux ministres ont ensuite survolé en hélicoptère la partie du plateau syrien du Golan occupée par Israël, puis M. Hagel a rencontré à Jérusalem le président israélien Shimon Peres, avec qui il a notamment évoqué la question iranienne. « J’ai toute confiance en votre position et votre sérieux, parce que nous savons que l’Iran est une menace non seulement pour Israël, mais pour le monde », a déclaré M. Peres, selon un communiqué de la présidence. Il a ajouté que cette visite était « un message à l’Iran de ne pas se doter de l’arme nucléaire ».

M. Hagel devait s’entretenir avec M. Netanyahu mardi matin avant de partir pour la Jordanie, prochaine étape de sa tournée au Moyen-Orient, la première depuis son arrivée au Pentagone il y a deux mois.

Parallèlement, le secrétaire au Foreign Office William Hague a déclaré lundi que l’Union européenne doit se consacrer à l’application des sanctions imposées à l’Iran plutôt que d’en imposer de nouvelles. Le chef de la diplomatie britannique a jugé que les pressions économiques de l’Europe s’accentuaient sur l’Iran grâce à l’élargissement des sanctions aux secteurs bancaire et industriel l’an dernier.

Les propos de William Hague font écho à ceux du secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui a exhorté il y a quelques jours à la patience des sénateurs américains appelant à durcir les sanctions contre Téhéran. John Kerry a souligné l’incertitude qui prévalait dans la République islamique à deux mois des élections législatives, le 14 juin.

Les puissances occidentales espèrent que les pressions économiques convaincront Téhéran de réduire ses activités nucléaires, qu’ils soupçonnent de servir des objectifs militaires, ce que dément l’Iran.

Les négociateurs iraniens doivent s’entretenir le 21 mai à Vienne avec des responsables de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui souhaitent une reprise des inspections, rapportent lundi des médias iraniens.

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer