Publié le 8 Mar 2013

La lauréate égyptienne du prix « Femme de Courage 2013 » fait scandale aux Etats-Unis

Par Déborah Partouche – lemondejuif.info

 

En raison de la découverte de tweets anti-américains et antisémites sur son compte Twitter, l’administration Obama a suspendu la remise d’une haute distinction américaine à Samira Ibrahim, une militante égyptienne qui avait attiré l’attention du monde entier contre les « tests de virginité » forcés sur des manifestantes féminines.

Samira-ibrahim

Le Département d’Etat avait annoncé plus tôt, cette semaine, que Samira Ibrahim serait parmi les 10 lauréats du prix International Femme de Courage remis ce vendredi par le Secrétaire d’État John Kerry et la première Dame, Michelle Obama.

Mais la porte-parole du Département d’état, Victoria Nuland, a déclaré jeudi, que les États-Unis pourraient remettre à plus tard l’attribution de ce prix à Samira Ibrahim, le temps que les fonctionnaires enquêtent sur les tweets, notamment ceux qui évoquent le soutien aux attaques contre les installations diplomatiques américaines à Benghazi et les louanges pour l’attaque terroriste contre des citoyens israéliens en Bulgarie.

Samira Ibrahim, qui est déjà arrivée aux Etats-Unis, affirme que son compte a été piraté, même si les observations s’étendent sur plusieurs mois.

Alors que cinq israéliens avaient été tués dans l’explosion d’un autobus de touristes israéliens en juillet, elle avait salué la « bonne nouvelle ».

Dans d’autres tweets, elle a déclaré aussi que la famille royale d’Arabie saoudite était « plus sale que les Juifs », attribuant tous les maux de la société aux Juifs en se référant à Adolf Hitler. Elle a également appuyé les attentats contre l’ambassade américaine à Benghazi du 11 septembre dernier.

Une porte-parole du Département d’Etat a déclaré : « Dans les échanges que nous avons entretenus avec elle dans les dernières vingt-quatre heures, Mme Ibrahim a nié catégoriquement avoir écrit ces tweets. Elle affirme qu’elle a été piratée. Mais nous avons besoin de temps afin d’être prudents et mener notre propre enquête. ». Les tweets ont été signalés par le site d’information « The Weekly Standard ».

Samira Ibrahim était parmi les sept femmes soumises à des « tests de virginité » forcés après avoir été arrêtée lors d’une manifestation sur la place Tahrir au Caire en mars 2011. Elle a contribué à interpeller la communauté internationale sur les tests, ce qui a conduit l’armée égyptienne à en interdire la pratique l’an dernier.

« Non seulement elle a fait parler de ce sujet, mais elle est aussi devenue un véritable leader dans son pays pour la lutte contre la violence sexiste et autres violations des droits de l’homme » a souligné la porte-parole du Département d’Etat et que « c’était sur cette base qu’elle avait été choisie au début. »

Le département d’état a déclaré qu’Ibrahim avait été également arrêtée au lycée pour la rédaction d’un document critiquant le soutien hypocrite des dirigeants arabes à la cause palestinienne.

Samira Ibrahim est la coordonnatrice du mouvement « Connaître vos droits » qui vise à sensibiliser l’opinion politique sur les droits de la femme en Egypte.

 

Rejoignez nous sur Facebook

 

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer