Publié le 24 Mar 2013

Amidror : « Nous avons présenté des excuses à la Turquie, pas aux Etats-Unis »

Par Samuel Guedj – lemondejuif.info

 

Le directeur du conseil national israélien de la sécurité, Yaacov Amidror, a confirmé que la situation en Syrie a été au cœur de la décision du Premier ministre Benjamin Netanyahu de mettre un terme aux tensions avec la Turquie. « Israël a entrepris de présenter des excuses à la Turquie, pas aux Etats-Unis » a-t-il déclaré samedi soir.

Amidror

« Je suis étonné de voir que l’échange téléphonique de vendredi au cours duquel Benyamin Nétanyahou a adressé au Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, ses excuses, est rapporté comme initié par des pressions américaines » a dit Amidror. « Il n’y a eu aucune pression américaine » dit-il, après avoir assisté à une réunion avec le Secrétaire d’État John Kerry et Netanyahu, sur les négociations israélo-palestiniennes, samedi soir.

Amidror a confirmé que la décision de mettre fin à trois ans de tensions avec la Turquie avait été motivée par des préoccupations sur l’aggravation de la crise en Syrie.

« Le Moyen-Orient a changé » a déclaré Amidror, quand on lui a demandé pourquoi Netanyahu n’avait pas plus tôt répondu aux demandes d’excuses des dirigeants turcs, « entre Israël et la Turquie, il y a un pays qui se désagrège, qui possède des armes nucléaires et qui a probablement utilisé des armes chimiques ».

Amidror a dit qu’il est probable qu’Israël et la Turquie se coordonnent afin de gérer la crise en Syrie quand elle explosera.

Interrogé sur le processus de négociation vis à-vis d’Ankara, Amidror a déclaré que les pourparlers s’étaient poursuivis pendant une longue période, ajoutant que la présence américaine dans la région ces derniers jours avait facilité l’accord.

« Il est possible que si les Turcs n’avaient pas fait que des erreurs de parcours, le rapprochement serait venu bien avant » a déclaré Amidror.

A la question de savoir si Erdogan continuerait d’attaquer Israël dans ses discours, il a répondu : « je ne dirais pas qu’il va continuer à attaquer Israël comme avant. Après tout, s’il n’avait pas voulu améliorer les relations, il aurait pu rejeté notre offre, qui exige également qu’il prenne certaines mesures, telles que l’annulation des poursuites judiciaires contre les officiers israéliens concernés par l’incident du Marmara et en envoyant un ambassadeur en Israël ».

Il a ajouté qu’il pensait que la Turquie arrêterait également d’empêcher Israël de travailler plus étroitement avec l’OTAN.

Samedi, Erdogan a déclaré qu’il avait accepté les excuses israéliennes, ce qui était conforme aux demandes d’Ankara. Cependant, il a fait marche arrière sur certains de ses accords avec Netanyahu ; sur la Turquie qui pourrait abandonner les charges contre quatre généraux israéliens et également sur un retour rapide des ambassadeurs en Israël et en Turquie.

Se référant au projet d’Erdogan de se rendre à Gaza le mois prochain, Amidror a ajouté « Israël n’a rien à se reprocher » et qu’Erdogan devra expliquer à la communauté internationale son soutien à « l’organisation terroriste » du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

En ce qui concerne une visite d’Erdogan en Israël, Amidror a déclaré qu’il était prématuré d’en discuter.

 

Rejoignez-nous sur Facebook

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer