Publié le 17 Fév 2013

Vers une diminution de l’aide militaire US à Israël.

 

Par Pierre Langlois – lemondejuif.info

 

USARMY

L’administration Obama envisage sérieusement de réduire à hauteur de 2,6 milliards de dollars son aide mondiale si lors du débat au Congrès, les questions sur les réductions de dépenses automatiques du budget américain ne sont pas résolues avant le premier mars.

 

Toute la partie du budget américain pour l’aide à la sécurité, la diplomatie ou l’aide étrangère sera reconsidérée. Des coupes budgétaires de 200 millions de dollars en aide humanitaire seraient envisagées concernant des programmes en Syrie et en Somalie, et 300 millions de dollars en financement militaire étranger pour les proches partenaires et alliés des Etats-Unis, y compris Israël, la Jordanie et l’Egypte.

La sécurité des ambassades américaines et consulats, un sujet extrêmement sensible depuis l’attaque de septembre à Benghazi, serait également touchée, de même que certaines opérations de maintien de la paix assurées par les Américains.

Ces coupures vont affecter également divers programmes de lutte contre le terrorisme, contre la prolifération des armes et contre le trafic de drogue.

Cependant, les questions ne sont pas limitées uniquement au financement de la sécurité. Des programmes axés sur le sida, sur la santé et sur l’aide publique au développement subiraient une coupe budgétaire de 400 millions de dollars, quant à l’aide internationale alimentaire, elle serait réduite de 70 millions de dollars.

La possibilité d’une réduction significative de l’aide internationale américaine intervient alors que les Etats-Unis tentent de s’engager dans une série d’efforts diplomatiques difficiles, de « pivotement » de la puissance américaine vers l’Asie en plein essor, tout en essayant de maintenir une stabilité économico-diplomatique dans un Moyen-Orient chaotique, laissant derrière eux un Afghanistan sur la voie de la pacification après une décennie de guerre, et recentrant leurs efforts sur les zones de non-droit d’Afrique du Nord, ils essayent de ne pas abandonner leurs anciens alliés en Europe.

Cette reconfiguration de l’appareil de défense américain confirme l’évolution vers une doctrine centrée sur la capacité à conduire une seule guerre, tout en menant des opérations de faibles envergures telles que le soutien humanitaire ou l’imposition d’une « no-fly zone » comme ce fût le cas dernièrement en Lybie.

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer