Publié le 4 Fév 2013

Sans combattre, un judoka israélien remporte une médaille de bronze.

Suite au boycott d’Israël, le forfait déclaré d’un judoka iranien a attribué automatiquement, la médaille de bronze au judoka israélien Assaf Chen ; un autre Iranien a refusé de monter sur le podium après qu’Ori Sasson ait remporté l’or dans sa catégorie.

(crédit photo: BentzWatchJudo/Youtube)

(crédit photo: BentzWatchJudo/Youtube)

Le judoka iranien, Amir Nejad, a refusé de se battre contre son adversaire israélien, Assaf Chen, lors d’un match en Géorgie dimanche, offrant ainsi à l’équipe israélienne sa deuxième médaille de la journée et sa troisième dans la compétition internationale.

Pendant ce temps, le coéquipier de Chen, Ori Sasson a permis à Israël de remporter sa première médaille d’or du tournoi de coupe du monde et a reçu la médaille lors d’une cérémonie boycottée par un autre Iranien, qui avait remporté la médaille de bronze.

Chen, qui concourt dans la catégorie des moins de 100 kg, a battu ses rivaux de la Russie, de Pologne, de Lettonie et de l’Arménie juste avant le forfait du judoka iranien.

Ce n’est pas la première fois que des athlètes iraniens ou arabes refusent d’affronter des Israéliens lors de manifestations sportives. Pendant les Jeux olympiques de Londres 2012, l’équipe de judo du Liban avait refusé de s’entraîner à proximité de la délégation israélienne.

« C’est une honte que les Iraniens mêlent la politique au sport » a déclaré le président de la Fédération d’Israël de Judo, Moshe Ponti « Nous sommes toujours prêts à rivaliser avec n’importe quel adversaire, n’importe où. ».

Le refus des athlètes iraniens de combattre s’explique pour deux raisons selon Moshe Ponti : « le gouvernement (iranien) comme à son habitude boycotte Israël, et d’autre part, les athlètes ont peur de perdre et d’être embarrassés. ».

Moshe Ponti indique qu’il doit rencontrer le président de la Fédération internationale de Judo, Marius Vizer, lors du tournoi du grand chelem à Paris ce week-end, pour évoquer ce boycott sportif d’Israël par les athlètes iraniens et arabes.

Interrogé par le journal israélien Maariv, l’entraineur israélien, Oren Smadja a déclaré : « C’était un grand tournoi », citant les trois médailles remportées par les judokas, prouvant qu’il y a de la « qualité et de la profondeur dans le judo masculin israélien ».

Par lemondejuif.info

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer