Publié le 10 Fév 2013

Israël Road Trip #2 : Tel Dor.

Par Yohann Taïeb – lemondejuif.info

800px-PikiWiki_Israel_3628_Tel_Dors_shoreline

Tel Dor, sur la côte du Carmel, est un joyau méconnu. Pendant près de deux mille ans, de l’âge du Bronze jusqu’au Moyen-Age, colonisé à plusieurs reprises, du roi Salomon en passant par les Assyriens, les Phéniciens, les Grecs, les Romains et ce jusqu’aux Croisés, sa source d’eau douce est un point d’ancrage des baies sablonneuses.

 

Remarquablement conservée (compte tenu de son anonymat relatif), la zone couverte par l’ancienne ville excavée est l’un des plus grands sites d’Israël.

En vous baladant sur les nombreux chemins sauvages qui s’entrecroisent (méfiez-vous des fosses), prenez le temps de visiter les ruines de l’église byzantine et les quelques ruines du vieux fort de l’époque des Croisées qui fût à l’époque, le Château de Merle.

Le sentiment enivrant d’espaces grands ouverts est agrémenté d’une vue panoramique sur la mer depuis la crête à l’ouest de la colline. La plage de baignade à proximité du Kibbutz Nasholim, une des plus belles de la côte, vaut bien un petit détour.

Tel Dor fût longtemps une riche cité antique, tirant sa fortune et sa renommée du colorant de la « pourpre de Tyr », une teinture rouge violacée créée par les Phéniciens, extraite du mollusque dit « murex » proliférant à l’époque le long des côtes d’Israël et du Liban. Sa fabrication la rendait très chère. Selon Pline l’Ancien : « on extrait le précieux liquide des plus grands pourpres, après avoir ôté la coquille ; on écrase les plus petits, vivants, avec leur coquille ; il faut pour cela qu’ils dégorgent leur suc ». On raconte que 12 000 murex étaient nécessaires pour produire 1,5 gramme de pigment.

Des recherches archéologiques sous-marines ont révélé une autre dimension du passé, une ville des plus colorées.

Dominant l’horizon de Nasholim, le Musée de Mizgaga (verrerie), avec sa fascinante collection d’artefacts creusés dans Tel Dor ou récupérés au fond de la mer, cache un conte :

En 1882, le Baron Edmond de Rothschild y établit la célèbre exploitation viticole du Carmel avec une autre exploitation, peu de temps après, à Zichron Yaakov, juste au sud-est de Dor.

Le Mizgaga était son usine de bouteille, gérée par un jeune ingénieur chimiste nommé Meïr Dizengoff. Lorsque l’usine ferme (en raison de la qualité médiocre du sable de la mer), Dizengoff choisit un autre destin et devient le premier et illustre maire de Tel-Aviv.

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer