Publié le 3 Jan 2013

Massacre des JO de Munich 72 : Un ancien néo-nazi taupe de la CIA.

 

Willi Voss, un ex néo-nazi allemand qui travaillait pour l’organisation terroriste palestinienne « Septembre Noir » a révélé dans un livre  « Under Ground », que la CIA l’avait recruté après le massacre d’athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich 1972 pour contrecarrer les activités anti-israéliennes.

VOSS

Cet été, dans une correspondance avec Haaretz, Voss s’est excusé pour son implication dans le massacre.

Maintenant, six mois plus tard, il révèle une autre partie palpitante de sa biographie enchevêtrée et ombragée : il était aussi un agent de la CIA, opérant sous le nom de code Ganymede, tiré de la mythologie grecque.

Dans un article à Der Spiegel, Voss prétend qu’il a fourni aux Etats-Unis des informations et des documents qui ont aidé à déjouer des attaques terroristes au Moyen-Orient et en Europe.

Voss y affirme qu’il a travaillé comme taupe de la CIA dans l’organisation de «Septembre Noir » à partir de 1975, en profitant de sa proximité avec trois terroristes palestiniens et non des moindres : Abu Daoud, Abou Nidal et Abou Jihad.

Voss fournissait entre autre à la CIA, des informations sur les connexions entre des activistes néo-nazis et des militants du Fatah sous la direction de Yasser Arafat.

Emprisonné en Allemagne en 1960, il fait alors la connaissance d’Udo Albrecht, terroriste allemand d’extrême droite. Avec l’aide de Voss, Albrecht s’évade de prison, ils se rendent en Jordanie où ils rejoignent un camp d’entrainement de terroristes palestiniens dirigé par Abu Daoud – le cerveau du massacre des Jeux olympiques de Munich.

Voss aident les terroristes à acquérir des armes, des voitures et des faux passeports. En septembre 1972, les terroristes palestiniens massacrent les 11 athlètes israéliens lors des Jeux Olympiques de Munich.

À ce jour, le rôle exact qu’a joué Voss dans le massacre de Munich n’est pas clair. Selon sa version, il aurait donné uniquement une aide logistique et ne connaissait pas les intentions des terroristes. Dans tous les cas, plusieurs semaines après le massacre, la police allemande l’arrête en possession d’armes de la même source qui avait armé les terroristes de Munich. Selon l’Allemagne, les armes devaient servir à des enlèvements et des actions terroristes dans toute l’Allemagne.

La conduite des autorités allemandes envers Voss n’est pas encore très claire. Au départ, un tribunal de Munich le condamne à deux ans de prison. Toutefois, grâce à la complicité de la CIA, son procès est suspendu, et l’exfiltre hors Allemagne pour Beyrouth, où il rejoint les terroristes palestiniens dans divers camps d’entraînements.

Willi Voss, 68 ans, vit aujourd’hui en Europe et gagne sa vie… en écrivant des romans policiers.

 

Par lemondejuif.info

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer