Publié le 13 Jan 2013

L’histoire oubliée de la contribution juive au football anglais.

imagesCA5K3VFDDans son remarquable livre «Est-ce que votre rabbin sait que vous êtes ici ? L’Histoire de la tribu oubliée du football anglais. », le journaliste sportif britannique, Anthony Clavane, qui revendique ouvertement son judaïsme, nous plonge dans une page d’histoire méconnue du football anglais et de la contribution des Juifs à son essor.

Nombreux furent les Juifs qui, face à la misère et l’antisémitisme quittèrent la Russie tsariste pour trouver refuge sur les bords de la Tamise. En moins de trente ans, la population juive britannique explose, en passant de 46000 à 250000 âmes.

Pour ces immigrés, le football est un moyen d’intégration comme un autre, à cette société britannique déjà très ancrée dans le multiculturalisme. Les préjugés des Britanniques sur les Juifs et le sport étaient tout autant vivaces qu’en Russie, de même que le football était tout autant mal perçu par les Juifs religieux. De nombreux Juifs trouvèrent par le football le moyen, non seulement d’affirmer leur identité juive, mais aussi, et surtout, d’être des Britanniques comme les autres.

« Les Juifs ont toujours eu à faire face à l’antisémitisme en Grande-Bretagne » dit Clavane. « Il y avait toujours cette peur que nous serions victimes de discrimination. En jouant au football, les Juifs pourraient s’intégrer dans la vie anglaise et se protéger contre la discrimination. ».

De nombreux matchs entre les diverses communautés enflammaient à l’époque les amateurs de ballon rond, en particulier les matchs entre joueurs juifs et irlandais.

Ce livre revient également sur certains moments noirs du foot anglais, comme ce fameux match entre l’Angleterre et l’Allemagne en mai 1938, où le drapeau nazi à la croix gammée est hissé au-dessus du stade de White Hart Lane de Totteham alors que les joueurs britanniques fontle salut nazi. Une provocation pour une grande partie des supporters juifs de ce club. Au cours du match, un courageux supporter juif monte sur le toit du stade pour l’arracher et le jeter.

Le journaliste sportif Anthony Clavane évoque également un certain nombre d’illustres joueurs juifs professionnels comme Mark Lazarus qui fît les beaux jours du club des Queens Park Rangers en lui offrant notamment la Coupe de la Ligue en 1967. Ou bien l’arrière droit international, Georges Cohen, qui remporte la Coupe du Monde de football en 1966. La plus grande star du football anglais de tous les temps, George Best, déclara même que George Cohen fût le « meilleur et le plus complet défenseur contre lequel il avait pu jouer ».

De nos jours, de nombreux clubs londoniens, à l’image de Tottenham, ont une histoire commune et privilégiée avec la communauté juive de Londres.

Un des tournants majeurs du foot anglais est, selon Clavane, l’intelligence et le pragmatisme des dirigeants juifs du club londonien d’Arsenal, qui révolutionnèrent leur club d’un point de vue financier et marketing, et qui devint, par la suite, l’exemple à suivre pour l’ensemble des grands clubs européens.

Autre éclairage du livre, l’apport considérable au nouvel essor du foot anglais des pétrodollars du milliardaire juif russe, Roman Abramovitch, propriétaire du club de Chelsea remportant en 2012, sa première et prestigieuse Ligue des Champions, après avoir une première fois échoué en finale en 2008 avec l’entraîneur israélien Avraham Grant.

Un livre passionnant qui œuvre à sa façon à la mémoire collective de la diaspora juive.

Eric Hazan – Le Monde Juif .info

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer