Publié le 20 Jan 2013

Accord pétrolier entre le Sud Soudan et Israël.

Le Sud-Soudan dit avoir signé un accord avec plusieurs compagnies pétrolières israéliennes, une démarche stratégique potentiellement importante qui permettra de consolider les relations d’Israël avec le jeune état d’Afrique de l’Est, riche en pétrole.

SOUDANPETROLE

Le ministre sud soudanais du pétrole et des mines, Stephen Dhieu Dau, a annoncé l’accord pétrolier la semaine dernière après son retour d’une visite en Israël.

Le pays renforcera également ses relations avec Israël pour lutter contre le trafic d’armes important en provenance d’Iran via le Soudan pour les terroristes de la bande de Gaza.

Le Sud Soudan, devenu indépendant du Soudan à majorité musulmane, en juillet 2011, après une terrible guerre civile de plusieurs décennies, fait régulièrement face à des confrontations violentes sur ses réserves de pétrole avec le régime militaire de Khartoum, allié de l’Iran, du Président Omar El-Béchir.

Le Soudan est devenu un champ de bataille majeur dans la guerre clandestine principalement entre Israël et la République islamique, qui transfère des missiles et autres armes pour les terroristes palestiniens de la bande de Gaza par la mer rouge.

Le ministre sud soudanais précise entre autre que ces négociations sont toujours en cours avec des entreprises israéliennes qui cherchent à investir au Sud-Soudan. Il a indiqué que le gouvernement de Juba, la capitale du jeune état, souhaite exporter le pétrole à Israël, mais a observé que cela ne pourrait pas se produire avant mars. Il n’a donné aucune indication, comment le pays sans littoral permettrait d’acheminer le pétrole, ou quel volume de brut serait impliqué.

Un accord que Khartoum fera tout son possible pour anéantir. Le Sud-Soudan détient environ 80% des réserves de pétrole soudanais, totalisant 6,6 milliards de barils (selon la BP Statistical Review).

Cela donne au Sud Soudan, majoritairement chrétienne et animiste, une immense influence économique sur le régime arabe de Khartoum, qui dépend des revenus du pétrole pour soutenir son économie.

Mais Khartoum contrôle les pipelines d’exportation traversant le nord de Port-Soudan sur la mer rouge. La plupart des champs de pétrole se trouvent le long de la frontière entre les deux parties du Soudan, et les affrontements militaires sont fréquents.

Israël reçoit actuellement une grande partie de son pétrole de l’Azerbaïdjan, l’ex-République soviétique qui se trouve sur la frontière nord de l’Iran, une autre arène dans la guerre secrète entre Israël et la République islamique.

La perspective qu’Israël reçoive effectivement le pétrole du Sud-Soudan demeure incertaine, compte tenu des problèmes de Juba à Khartoum. On parle de construire un pipeline d’exportation de 1 600 km du Sud-Soudan au Kenya pour l’océan Indien qui libérerait Juba trop dépendant des pipelines de Khartoum. Mais, aucun plan précis pour le projet, qui devrait coûter environ $2 milliards, n’a encore été matérialisé.

Pages: 1 2

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer