Publié le 30 Déc 2012

Emmanuel Scheffer, le stakhanovitch du football israélien.

Les hommages en l’honneur d’Emmanuel Scheffer (88 ans) se sont succédés après le décès vendredi de l’homme qui avait permis à Israël de participer à la Coupe du Monde de la FIFA en 1970.

imagesCALKBNB6

Né en Allemagne en 1924, Scheffer avait immigré en Israël à l’âge de 26 ans et défendu les couleurs de l’Hapoel Haifa FC et de l’Hapoel Kfar-Saba FC avant d’entraîner ce dernier club. C’est d’ailleurs en tant que coach qu’il a marqué les esprits. Pionnier en la matière, il a été l’un des premiers à mettre l’accent sur l’aspect physique du football : une nouveauté qui a porté ses fruits au Mexique en 1968 puis en 1970.

Lors des Jeux Olympiques de 1968, Scheffer, fraîchement nommé à la tête de la sélection israélienne, emmenait ses hommes jusqu’en quarts de finale avant de s’incliner au tirage au sort face à la Bulgarie (1-1). Mais son plus grand exploit reste la qualification pour la Coupe du Monde deux ans plus tard, une performance unique car, depuis, Israël ne s’est plus qualifié pour un tournoi majeur.

Versés dans un groupe relevé comprenant la Suède et l’Italie -championne d’Europe en titre- les Israéliens ont payé cher leur défaite 2-0 face au Paraguay en match d’ouverture. Mais comme le souligne Mordechai Spiegler, unique buteur israélien à Mexique 1970 : « Il nous a permis d’atteindre un sommet. D’après moi, personne ne pourra reproduire ça comme lui. C’était un véritable leader, il a inculqué la notion de professionnalisme à Israël ».

Itzahak Shum, également sélectionné pour la Coupe du Monde mexicaine, rendait lui aussi hommage à la vision moderne de Scheffer : « Il avait compris 45 ans avant les autres ce que l’on commence tout juste à mettre en place aujourd’hui »expliquait-il. « C’était un visionnaire et il insistait pour qu’on s’entraîne trois fois par jour : de nos jours, je ne sais pas les joueurs seraient capable de tenir le rythme. C’était un honneur d’évoluer sous ses ordres ».

Scheffer a quitté le poste en 1970 mais avait repris les rênes de la sélection pendant deux ans en 1978. Pour Avi Luzon, président de la fédération israélienne de football, la réussite de l’entraîneur novateur était méritée. « Ce n’est pas un hasard si personne n’a connu autant de succès que Scheffer jusque-là. Il croyait au travail acharné et cela a fait de lui l’un des grands noms du football israélien ».

Par lemondejuif.info

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer