Publié le 21 Avr 2017

La France à l’ONU : « La France ne reconnaît aucune souveraineté sur Jérusalem »

france-onu-jerusalem

Le représentant de la France à l’ONU, l’ambassadeur François Delattre, a affirmé jeudi que la France ne reconnaît aucune souveraineté sur Jérusalem.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation au Proche-Orient, le délégué a rappelé que la France, comme l’ensemble de la communauté internationale, « ne reconnaît aucune souveraineté sur Jérusalem », dont le statut devra selon lui être réglé par des négociations bilatérales entre les parties.  Ces dernières, a-t-il ajouté, devront permettre à la ville de devenir la capitale des deux États, Israël et le futur État de Palestine.

Selon le diplomate français, « la solution des deux États est chaque jour mise en péril par la politique israélienne de colonisation, la détérioration de la situation humanitaire, la destruction d’infrastructures dans la zone palestinienne C, la violence, l’incitation à la haine, le terrorisme et les tirs de roquettes ».  « La régularisation récente par la Knesset, le Parlement israélien, des colonies sauvages, illégales même en droit israélien, a de plus contribué à l’aggravation de la situation sur le terrain depuis le début de l’année 2017 », a-t-il souligné.

C’est dans cette perspective, a poursuivi M. Delattre, que la France a engagé un processus ayant conduit, le 15 janvier dernier, à l’adoption à Paris d’une déclaration conjointe rappelant l’attachement de plus de 70 États et organisations internationales à cette solution, ainsi qu’aux fondamentaux qui la sous-tendent, à savoir le respect des frontières de 1967 et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.

S’agissant de Gaza, M. Delattre a indiqué que les éléments déclencheurs des trois guerres dans la zones ces six dernières années étaient toujours présents aujourd’hui.  Il a ajouté que la levée du blocus israélien sur ce territoire semblait plus que jamais nécessaire.

Dans la perspective d’un règlement durable, le représentant a enfin appelé le Conseil et la communauté internationale à « recréer les conditions de la reprise de négociations politiques crédibles ».

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche