Yossi Avraami
Publié le 9 Nov 2014

9 nov 1938 : La nuit De Cristal-Sonnerie de réveil | Par Avi Pazner

agence immobilière Transalion

kristallnacht2

Un article visionnaire écrit en 2010. Novembre 1938 : Dans toute l’Allemagne nazie des magasins juifs sont saccagés, des synagogues brulées, des juifs attaqués et battus en pleine rue, leur femme violées par les SS et les SA, leurs enfants renvoyés de leurs écoles. C’est la NUIT DE CRISTAL, la nuit où, sous les ordres d’Hitler, les masses aveuglées par la propagande nazie se sont déchainées contre la population juive d’Allemagne. 

Il est vrai que cet événement avait été soigneusement préparé par des années de propagande antisémite, et depuis l’accès au pouvoir d’Hitler en 1933, le ton envers la communauté juive d’Allemagne ne faisait que monter et les décrets antisémites du nouveau gouvernement allemand frappaient les juifs toujours plus forts.

Une des campagnes les plus prononcées et les plus réussies du point de vue du régime nazi avait été celle du boycott des magasins et des biens appartenant aux juifs d’Allemagne. Pendant des années, le public allemand a entendu le refrain « n’achetez-pas chez les Juifs », « boycottez tout ce qui est juif », « brulez les livres juifs », etc. De grandes étoiles de David sont appliquées sur les vitrines des magasins juifs avec un avertissement : Allemands, n’entrez pas ici. C’est un magasin juif.

Nous avons vu comme cette campagne de haine s’est déchainée en novembre 1938 et a ensuite culminé petit à petit, premièrement par la déportation des juifs d’Allemagne, puis de ceux d’Europe pour amener finalement à leur extermination, la solution finale au problème du peuple juif, prônée par le monstrueux régime nazi.

Nous assistons aujourd’hui en Europe, et particulièrement en France, au début de ce phénomène de dénigrement systématique d’Israël. On essaie de la mettre au banc des nations, à la délégitimer, et en fin de compte, d’essayer d’amener à sa destruction. Le premier pas vers ce but infâme est le boycott de produits israéliens. La coalition des antisémites de Gauche et de Droite encouragés par les extrémistes islamistes présents un peu partout en Europe, tentent de créer un mouvement de masse pour soi-disant protester contre la politique israélienne en essayant de convaincre les naïfs ou les ignorants que le boycott d’Israël pouvait amener à un changement d’attitude d’Israël envers ses voisins palestiniens. Il n’en est rien : premièrement parce que ce boycott, même s’il fait les gros titres des journaux, est complètement inefficace, et deuxièmement parce que le but des initiateurs est non pas de changer la politique d’Israël mais, au contraire, de faire disparaitre Israël de la face du monde. Le danger du boycott n’est donc pas économique, mais politique et moral car c’est là une manière concrète d’essayer de délégitimer Israël et tout ce qui est représenté par Israël, ses produits, ses réalisations technologiques, industrielles et agricoles.

Le mouvement du boycott d’Israël a malheureusement trouvé une certaine résonnance en France où la coalition brune, rouge et verte (brune pour les fascistes d’Extrême Droite, rouge pour la Gauche extrémiste et nihiliste, et verte pour l’intégrisme islamique) essaie par tous les moyens d’isoler Israël, de salir son image et d’en peindre un portrait monstrueux. Encore une fois, le danger du boycott n’est pas économique mais il risque de répercuter sur la position et le standing d’Israël dans la communauté internationale.

Il ne faut surtout pas dire : ce sont de petites bandes d’extrémistes qui n’ont aucun poids public et devraient donc être considérées comme quantités négligeables. L’histoire a bien démontré dans l’Europe du Vingtième Siècle que quand des groupes marginaux poussaient dans les années 30 à l’antisémitisme, cela s’est terminé par la Shoa des années 40.

Ce qui parait aujourd’hui un effort marginal de mettre des bâtons dans les roues des exportations israéliennes est en effet une tentative de délégitimation qui vise à préparer l’opinion publique de la possibilité de détruire Israël dans le futur puisqu’elle aura perdu sa légitimité internationale et son droit légal d’exister. Comme il aurait fallu combattre au début des années 30 en Allemagne l’antisémitisme naissant et que cela n’a pas été fait avec les résultats catastrophiques que l’on connait, il convient aujourd’hui de combattre le mouvement pour le boycott et la délégitimation d’Israël, de toutes les forces qu’ont les communautés juives de la Diaspora et de l’Etat d’Israël. Loin de regarder de côté et de se dire que c’est un phénomène de passage, il faut l’affronter aujourd’hui même, sans attendre, avec tous les moyens de pression, politiques, publics et économiques dont dispose le peuple juif, et ils sont nombreux. Le danger est là. Il est présent, et il convient de le combattre et de le neutraliser avant qu’il ne prenne des proportions qui mettraient en danger la position et le prestige d’Israël dans le monde.

Réveillons-nous, nous tous en Israël et hors d’Israël, pour parer à ce danger et permettre à Israël de continuer de s’épanouir dans la sécurité et la prospérité.

Avi Pazner – © Le Monde Juif .info | Photo : DR 

Ancien Ambassadeur d’Israël en France et en Italie

Ancien Président Mondial du Keren Hayesod-Appel Unifié pour Israël

Yossi Avraami

Recherche